photo_moroccoAMARC EU TEAM – Bruxelles, le 17 Juin 2014. La section européenne de l'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC UE) est préoccupé par la sécurité du journaliste Ouafa Charaf au Maroc.

Charaf est l'une des personnes en charge de l'Association Marocaine des Droits Humains (AMDH), et elle a été harcelé par la police depuis Avril dernier, quand elle a été enlevée, interrogé et battu par les forces de sécurité. Après cela, les faits, le journaliste a décidé de signaler sa situation à la Cour de Tanger.

Maintenant, il y a seulement quelques jours (13e Juin), Charaf a été contraint à nouveau pour aller à la station de police de cette ville, où elle est effondrée sur le sol en raison d'une dépression nerveuse, selon les médecins qui l'ont assisté à l'hôpital Mohamed V. Dans ce contexte, l'AMDH ont révélé dans un communiqué que la remise en question et les enquêtes de Charaf ont toujours été informés soudainement et par téléphone, sans aucune notification juridique écrit ou en offrant un délai approprié.

En outre, le président de l'AMDH ont été harcelés trop quand il a essayé de visiter et soutenir Charaf à l'hôpital.

Chabaka, le réseau pour le développement et la solidarité dans le nord du Maroc, et partenaire de AMARC UE dans un projet européen, les organisations à but non lucratif de, confirme que cette situation est à la suite de l'absence de liberté et d'attaques croissantes et de la violation des droits de l'homme justifiés par conventions internationales. Chabaka dénonce une répression croissante de toutes les voix libres qui réfutent les déclarations gouvernementales.

Mots clés: