AMARC Europe soutient pleinement CUAC FM dans leur conflit avec l'autorité de régulation et appelle à toutes les parties à soutenir les droits des médias libres et humains.

APPEL À L'ACTION: S'IL VOUS PLAÎT Signez ici LE MANIFESTE!

BRIEFING

Avec cette déclaration, nous cherchons à défendre l'exercice de la liberté d'expression par des moyens, spécialement les médias communautaires.

Les radios communautaires sont sans but lucratif, pluriel et indépendant des espaces de communication libre qui servent leur communauté tout en respectant un but social. Elles sont espaces démocratisant qui encouragent la la cohésion sociale et l'éducation aux médias entre la citoyenneté. Les médias communautaires sont droit pour les citoyens qui est expressément reconnu par la loi (Loi sur l'audiovisuel Communication générale 7/2010) mais pas par le gouvernement.

Cuac FM est en attente 21 ans pour une licence de radiodiffusion à accorder. Après 7 années, le gouvernement refuse toujours de réglementer les services de communication communautaires existants. Au contraire, l'administration publique a lancé une procédure de sanction, menaçant la station de radio avec une amende pouvant aller jusqu'à 200,000 €. Cuac FM a dû arrêter la diffusion par la 103.4 cadran FM, et demain la même chose pourrait arriver à l'un des plus 300 stations de radio gratuites dans tout le pays.

Dans cette déclaration, nous revendiquons notre droit à la liberté d'expression et de communication, et nous exigeons:

(1) que les fichiers sanctionnant actuellement ouverts contre Cuac FM et d'autres médias libres et la communauté du pays sont fermées immédiatement

(2) L'octroi d'une autorisation temporaire afin que Cuac FM peut continuer à fournir un service de diffusion communautaire, comme indiqué dans la 7/2010 Acte.

(3) La rédaction d'une loi sur la communication où tiers des entités du secteur bénéficient d'un traitement égal et une partie de l'espace de la radiodiffusion est réservée aux médias communautaires, Ce qui garantit également la pérennité de ces médias comme preuve de pluralité d'informations, du droit de la citoyenneté pour accéder aux médias, la diversité culturelle et la démocratisation des médias.

Déclaration pour le droit à la communication de la citoyenneté

charlatan FM est la radio communautaire de La Corogne; a non-profit, station privée à but social qui est de garantir l'exercice de la citoyenneté de leurs droits à communiquer et à la liberté d'expression.  Cuac FM a commencé la diffusion sur Mars 27, 1996 et a toujours été ouvert à la citoyenneté (les personnes physiques et morales) qui volontairement et de façon altruiste développe une activité continue 24 heures par jour et 365 jours par an.

Pendant 21 ans 455 Spectacles et plus 1200 les gens sont passés par ses micros, communiquant par radio sur une base régulière. Cuac est une station locale qui donne la parole à la citoyenneté: personnes et collectifs normalement sous-représentés dans les médias généralistes. Les organisations sociales telles que CASCO (le comité des citoyens anti-SIDA de La Corogne), Amnesty International, CAVES (association de défense écologique de Galice) l'Université de La Corogne et bien d'autres se sont joints à partager leur expérience et les connaissances de Cuac FM, fournir une vision diversifiée de la réalité.

charlatan FM a diffusé via le FM 103.4 composer dès le premier jour, sans interférer avec ou nuire à la diffusion de toute autre station de radio galicienne. Sa couverture de bande atteint la plupart des régions métropolitaines de La Corogne, et il peut également être écouté via Internet, étant la première station locale de La Corogne pour diffuser cette façon, soit podcasting ou en streaming. Il a été aussi le premier à développer ses propres applications, et il est aussi la station privée de la ville qui diffuse plus d'émissions produites en auto-langue galicienne.

CUAC est plus d'une station de radio. Il est un espace pour l'éducation aux médias et à la formation sur la communication sociale. Via la « école de radio et associationnisme », Quack engage presque 100 personnes par an dans les ateliers de radio (à la fois d'introduction et de spécialisation) qui visent à améliorer les compétences médiatiques des jeunes et des adultes.

Cuac FM développe également une activité associative intense, dans la défense du droit de communiquer. Cuac est co-fondateur de REMC (Espagnol Community Media Network) et REGARLIC (Gratuit et Réseau des radios communautaires de Galice) ), et il est aussi membre de l'AMARC-Europe (Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires), faisant partie de leur conseil d'administration.

Cependant, en dépit de son arrière-plan large et reconnu, Cuac FM a été privée de son droit à une licence communautaire à plusieurs reprises et a finalement reçu un avis d'une procédure de sanction du gouvernement régional de la Xunta de Galicia. Cette procédure peut impliquer une amende pouvant aller jusqu'à 200,000 € qui condamnerait la station à sa fermeture et serait donc abattront les espoirs et les illusions des jeunes, anciens et collectifs sociaux qui seront, dans les mots d'un journaliste local prestigieux, « Vouée à la plus triste de désillusions ».

Le cas de Cuac FM est la dernière tentative de persécution et la fermeture d'une administration qui serait plutôt faire taire les voix de ceux qui sont faibles au lieu d'assurer la liberté d'expression et la pluralité des médias, tournant dans un combat entre Goliaths puissants contre peu Davids dont la seule arme est le soutien indéfectible de la citoyenneté qu'ils servent.

Aujourd'hui est Cuac; hier étaient Radio Kras à Gijón, Radio Nava, Radiópolis à Séville ou Vallekas Radio. Nous sommes tous en danger. De Color Wave à Málaga Radio Télévision Cardedeu à Sabadell. De Radio Pimienta à Tenerife Radio Valdivielso à Burgos.

l'ONU, UNESCO, le Parlement européen et le Conseil de l'Europe reconnaissent le travail que les médias communautaires ont fait: ils sont des outils pour l'expression culturelle qui renforcent la cohésion sociale et promouvoir la diversité culturelle et linguistique, l'inclusion sociale et les identités locales. Les radios communautaires contribuent à l'éducation aux médias de la citoyenneté.

Les recommandations internationales ne sont pas respectées depuis l'Espagne ne garantit toujours pas le droit des médias communautaires d'avoir une licence qui leur permettrait d'effectuer un service communautaire sans but lucratif. Le fait que servir les médias communautaires en tant que centres de capacitation professionnelle n'a pas d'importance à ceux qui gouvernent, ni ne leur pluralité, accessibilité, la disponibilité totale et l'altruisme. Selon eux, nous ne méritons rien.

Ils veulent que nous de garder le silence parce que nous ne pouvons pas être manipulés et nous ne nous vendent pas. Ils visent à nous réduire au silence parce que nous donnons la parole à vérités inconfortables, et parce que nous offrons la liberté et de fraîcheur dans un monde qui est régi par des règlements rigides et des parasites. Ils veulent nous arrêter parce que nous sommes démocratiques et nos portes sont ouvertes à tout le monde qui veut faire de la radio, sans aucune exigence ou contrepartie.

Ce n'est pas un événement isolé, mais une autre petite étape de la politique où les choses matérielles l'emportent sur les gens avant une fois de plus, ainsi que l'argent sur la survie et les intérêts personnels sur la justice. Ce sont des politiques faites par ceux qui ont beaucoup et se sentent encore le besoin de plus.

La procédure de sanction que Xunta de Galicia a commencé contre Cuac FM vient de l'inefficacité d'un gouvernement qui a décidé de rompre le général Loi sur la communication audiovisuelle, une loi qui a été adopté 7 il y a quelques années, mais n'a pas été mis au point. Il n'y a pas l'intention de réglementer les services de communication des médias, ainsi une discrimination contre la citoyenneté: tandis que les médias locaux restent bannies du spectre radioélectrique, le statut fragile des professionnels des médias est encouragée et la piraterie commerciale est tolérée.

Nous vivons dans un système où la population ne dispose pas d'une voix et est condamné à se battre pour survivre dans des conditions précaires, conditions juridiques vulnérabilité et d'insécurité.

Pour toutes les raisons ci-dessus, les individus et les collectifs qui signent cette demande de déclaration auprès des autorités gouvernementales et demandons instamment à nos locaux, représentants régionaux et de l'Etat le respect des exigences suivantes:

 

  1. Une défense active du droit à la liberté d'expression et de communication de la citoyenneté qui doit prévaloir sur les intérêts privés et les questions de gestion. L'exercice d'un droit fondamental ne peut être soumis à l'élaboration d'un règlement qui a été retardée pour 7 ans, sans aucune justification.
  2. En conséquence: le rayonnage immédiat de la procédure de sanction apporté contre Cuac FM par le gouvernement régional de Xunta de Galicia, et l'octroi de l'autorisation correspondante afin que Cuac FM peut fournir un service de communication multimédia.  
  3. La levée immédiate des mesures coercitives prises actuellement contre le sans but lucratif, des médias libres et communautaires dans tout l'État, suivant les droits visés aux articles 20.1.a, 20.1.d, et 9.2 de la Constitution espagnole.
  4. Une reconnaissance réelle et effective de ces médias, réservant suffisamment d'espace de radiodiffusion et le développement des mesures d'impulsion nécessaires afin de garantir leur bon fonctionnement, selon les recommandations formulées par le Parlement européen et d'autres organismes internationaux.
  5. L'octroi de licences à ces services de communication audiovisuelle communautaire qui étaient actifs avant 2009, 1er janvier, selon la proposition non législative qui a été approuvé par la Chambre basse 2017, 21 juin qui est soutenu par la disposition transitoire n. 14 de la loi sur l'audiovisuel Communication générale.
  6. La fourniture de licences et des fréquences de radiodiffusion pour les services de communication audiovisuelle communautaire qui ont commencé leur activité après 2009, 1er janvier ou le but de commencer à l'avenir, suivant les recommandations issues de l'ONU et de l'OSCE rapporteurs spéciaux sur la liberté d'expression, qui préconisent une répartition proportionnelle du spectre radioélectrique entre le public, privé, médias commerciaux et communautaires.
  7. La suppression de toute contrainte arbitraire qui peuvent affecter les performances des services de communication audiovisuelle communauté à but non lucratif de la loi applicable. Chaque outil qui renforce la participation démocratique et l'éducation aux médias doit être promu et protégé par l'administration publique.
  8. Le développement d'une législation de communication qui assure un traitement égal à la communication troisième secteur, ainsi que la durabilité des médias de communication communautaire, garantissant la pluralité d'informations et la diversité culturelle.

 

La démocratie est impossible sans les médias, riche et diversifiée, la légalité perd sa valeur s'il n'y a pas de justice et la vie est impossible sans variété. Étant donné que la liberté, ici et maintenant, est également appelé Cuac FM ... comme María Pita dit: « Ceux qui ont l'honneur, Suivez nous."

charlatan résiste!