L'AMARC a reçu l'information que le dimanche 10 mai 2020 un groupe de personnes masquées a violemment fait irruption dans les locaux de Radio d’Ici, la station de radio communautaire locale et membre de longue date de l'AMARC, in Saint-Julien-Molin-Molette, Département Loire, France. Pendant l'attaque, le studio a été vandalisé, et des symboles suprémacistes fascistes et blancs ont été peints sur les murs et le son, les équipements d'enregistrement et de studio ont été détruits par les assaillants.

La Radio d’Ici a été fondée 1996 et exploite trois fréquences avec une portée technique totale de 50,000 personnes et facilite les productions de plus de quarante bénévoles. Heureusement, aucun membre du personnel de la radio n'a été blessé pendant l'attaque. Cependant, la diffusion FM en direct via le studio a été suspendue en raison des dommages encourus, mais les opérations et la production se poursuivront via Internet et des podcasts. Le pionnier de la radio communautaire française et président de la Radio d’Ici Patrice Berger déclare: «Cette attaque est inexplicable, mais il était visiblement ciblé. Nous poursuivrons notre travail d'information et de culture. En cette période difficile, c'est un travail de contact, soutien et amitié entre les gens. Nous rebondirons très rapidement. "

Ici vous pouvez trouver la déclaration audio “Agression néo-nazie contre une radio communautaire française : entretien en anglais avec Patrice Berger, présidente de Radio d’Ici par Denise Barstow (Fréquence-Sillé)”

Radio libre française victime d’une agression néo-nazie: entretien en anglais avec Patrice Berger, président de Radio d’Ici par Denise Barstow de Fréquence-Sillé
Agression néo-nazie contre une radio communautaire française : entretien en anglais avec Patrice Berger, présidente de Radio d’Ici par Denise Barstow (Fréquence-Sillé)

Déclaration audio de Radio d’Ici sur l’attentat du 10 plus 2020

L’AMARC a été informée que dimanche 10 plus 2020, un groupe de personnes masquées s’est violemment introduit dans les locaux de Radio d’Ici, la radio associative locale et membre de longue date de l’AMARC, à Saint-Julien-Molin-Molette, Département de la Loire, France. Pendant l’attaque, le studio a été vandalisé, et des symboles fascistes et suprémacistes blancs ont été peints sur les murs, le matériel d’enregistrement et le studio ont été détruits par les attaquants.

Radio d’Ici a été fondée en 1996 et exploite trois fréquences avec un bassin d’écoute de 50 000 personnes et facilite les productions de plus de quarante bénévoles. Heureusement, aucun membre du personnel de la radio n’a été blessé pendant l’attaque. Cependant, la diffusion FM en direct via le studio a été suspendue en raison des dommages, alors que les opérations et la production se poursuivront via Internet et des podcasts. Le pionnier de la radio communautaire française et président de Radio d’Ici Patrice Berger déclare: «Cette attaque est inexplicable, mais elle était visiblement ciblée. Nous poursuivrons notre travail d’information et de culture. En ces temps difficiles, c’est un travail de contact, de soutien et d’amitié entre les gens. Nous rebondirons très rapidement. "

Vous trouverez ici la déclaration audio”Radio associative française victime d’une agression néo-nazie : entretien avec Patrice Berger, président de Radio d’Ici, par Eric Lucas, délégué national au SNRL”

Radio associative française victime d’une agression néo-nazie : entretien avec Patrice Berger, président de Radio d’Ici, par Eric Lucas, délégué national au SNRL
Agression néo-nazie contre une radio communautaire française: entretien en français avec Patrice Berger, président de Radio d’Ici, par Eric Lucas (SNRL: Syndicat National des Radios Libres)

L'AMARC a reçu l'information que le dimanche 10 mai 2020 un groupe de personnes masquées a violemment fait irruption dans les locaux de Radio d’Ici, la station de radio communautaire locale et membre de longue date de l'AMARC, in Saint-Julien-Molin-Molette, Département Loire, France. Pendant l'attaque, le studio a été vandalisé, et des symboles suprémacistes fascistes et blancs ont été peints sur les murs et le son, les équipements d'enregistrement et de studio ont été détruits par les assaillants.

La Radio d’Ici a été fondée 1996 et exploite trois fréquences avec une portée technique totale de 50,000 personnes et facilite les productions de plus de quarante bénévoles. Heureusement, aucun membre du personnel de la radio n'a été blessé pendant l'attaque. Cependant, la diffusion FM en direct via le studio a été suspendue en raison des dommages encourus, mais les opérations et la production se poursuivront via Internet et des podcasts. Le pionnier de la radio communautaire française et président de la Radio d’Ici Patrice Berger déclare: «Cette attaque est inexplicable, mais il était visiblement ciblé. Nous poursuivrons notre travail d'information et de culture. En cette période difficile, c'est un travail de contact, soutien et amitié entre les gens. Nous rebondirons très rapidement.“

L'AMARC condamne fermement l'attaque contre son membre comme une attaque dirigée contre la liberté de la presse, la liberté d'expression, le pluralisme des médias et l'ensemble du mouvement médiatique communautaire en tant que plateforme de voix critiques et sous-représentées en Europe et dans le monde.

En France Les radios communautaires sont des acteurs clés dans le contexte de la cohésion sociale, contribuer au renforcement des structures démocratiques et de la diversité des médias, sont des sources d'information diverses et intégrées localement, fournir un accès à bas seuil aux groupes marginalisés et offrir une plate-forme pour l'acquisition d'informations critiques sur les médias et de compétences en littératie.

Nous demandons une enquête approfondie sur l'incident et le soutien du gouvernement pour assurer la réouverture de la radio communautaire pour la diffusion et donner accès au personnel, les bénévoles et la population locale les ondes.

En solidarité avec nos membres en France, Europe et dans le monde!

Autres déclarations et sources

Radio d’Ici Statement ici
SNRL – Syndicat National des Radios Libres statement ici

Contact pour d'autres enquêtes
contact@amarceurope.eu

[en français] L’AMARC condamne l’attaque fasciste contre un de nos membre en France

L’AMARC a été informée que dimanche 10 plus 2020, un groupe de personnes masquées s’est violemment introduit dans les locaux de Radio d’Ici, la radio associative locale et membre de longue date de l’AMARC, à Saint-Julien-Molin-Molette, Département de la Loire, France. Pendant l’attaque, le studio a été vandalisé, et des symboles fascistes et suprémacistes blancs ont été peints sur les murs, le matériel d’enregistrement et le studio ont été détruits par les attaquants.

Radio d’Ici a été fondée en 1996 et exploite trois fréquences avec un bassin d’écoute de 50 000 personnes et facilite les productions de plus de quarante bénévoles. Heureusement, aucun membre du personnel de la radio n’a été blessé pendant l’attaque. Cependant, la diffusion FM en direct via le studio a été suspendue en raison des dommages, alors que les opérations et la production se poursuivront via Internet et des podcasts. Le pionnier de la radio communautaire française et président de Radio d’Ici Patrice Berger déclare: «Cette attaque est inexplicable, mais elle était visiblement ciblée. Nous poursuivrons notre travail d’information et de culture. En ces temps difficiles, c’est un travail de contact, de soutien et d’amitié entre les gens. Nous rebondirons très rapidement. “

L’AMARC condamne fermement l’attaque contre son membre comme une attaque dirigée contre la liberté de la presse, la liberté d’expression, le pluralisme des médias et l’ensemble du mouvement des médias communautaires en tant que plateforme de voix critiques et sous-représentées en Europe et dans le monde.

En France, les radios associatives sont des acteurs clés dans le contexte de la cohésion sociale, contribuent au renforcement des structures démocratiques, sont des sources d’information diverses et intégrées localement, offrent un accès aux groupes marginalisés, représentent la diversité des médias et offrent une plate-forme pour l’acquisition d’ informations critiques sur les médias et compétences en éducation aux médias et à l’information.

Nous demandons une enquête complète sur l’incident et le soutien du gouvernement pour assurer la réouverture de la radio communautaire, garantir sa diffusion et fournir un accès au personnel, aux bénévoles et à la population locale.

En solidarité avec nos membres en France, en Europe et dans le monde!

Autres déclarations et sources

Déclaration de Radio d’Ici ici
SNRL – Déclaration du Syndicat National des Radios Libres ici

Contact pour toute information complémentairecontact@amarceurope.eu

En cette Journée mondiale de la liberté de la presse, les organisations soussignées honorent ceux qui travaillent sans relâche pour aider à tenir le public informé et appellent à un soutien solide pour le journalisme indépendant.

Des millions de personnes dans le monde recherchent des solutions fiables, basé sur des faits, et un journalisme sensible au genre qui peut les aider à surmonter le plus grand défi commun de notre vie. Le besoin d'informations fiables n'a jamais été aussi grand et plus urgent que pendant cette pandémie. Accès en temps opportun, une information de haute qualité est impérative lors d'une crise sanitaire mondiale; c'est l'un des principaux piliers nécessaires pour ralentir la propagation de ce virus, atténuer ses impacts, et étayer les réponses collectives de la société. Le journalisme est également le meilleur antidote pour lutter contre la désinformation qui alimente la pandémie.

Mais à ce moment crucial, les médias indépendants sont confrontés à un défi existentiel sans précédent. Avec la tempête parfaite de désinformation et de désinformation, répression des voix critiques dans de nombreux pays, et perturbations causées par la crise COVID-19, la situation du journalisme et des médias est dramatique. Les revenus de ces institutions s'effondrent, et le financement diminue au moment où nous en avons le plus besoin.

En réponse à ces défis, nous, liberté de la presse, développement des médias, et les communautés de soutien au journalisme, lançons un appel urgent à tous ceux qui sont en mesure de soutenir les organisations de journalisme et les médias indépendants, en particulier ceux qui fournissent des informations et des rapports professionnels et essentiels pendant la crise du COVID-19.

Nous appelons les gouvernements à:

  1. Respecter les droits humains fondamentaux: Respectez pleinement, sauvegarde, et permettre le droit à la liberté de la presse et la liberté d'expression, règle de loi, accès à l'information, intimité, et droits numériques, et ne les restreindre que lorsque les normes internationales le permettent. Ne vous engagez pas dans des pratiques qui portent atteinte à ces libertés - notamment surveiller et surveiller les journalistes et leurs sources. Les gens ont besoin d'informations indépendantes auxquelles ils peuvent faire confiance, et les réponses à cette crise seront plus efficaces et bénéficieront d'un plus grand soutien du public si elles sont soumises à un examen indépendant, ouverture, et transparence.
  2. Assurer l'accès à l'information: Permettre aux journalistes couvrant cette pandémie d'exercer leur liberté de chercher, recevoir, et communiquer des informations sans être harcelé, intimidé, ou attaqué. Considérer, le cas échéant, désigner les journalistes et les professionnels des médias comme des travailleurs clés ou essentiels. Les autorités responsables devraient également fournir aux journalistes des informations précises sur cette pandémie mondiale et les réponses des États à cette pandémie., faciliter davantage le droit des citoyens à l'accès à l'information. Cela comprend la tenue de conférences de presse ouvertes garantissant que tous les médias ont accès aux fonctionnaires et autres sources d'information.
  3. Libérer les journalistes emprisonnés: Il est essentiel que tout État qui continue de criminaliser le journalisme, libérer tous les journalistes emprisonnés, y compris les personnes détenues ou condamnées sous prétexte d'interdire la diffamation ou de lutter contre le terrorisme, et ne poursuit pas de tels cas pendant la pandémie étant donné le risque supplémentaire posé par la détention.

Sur la durabilité du journalisme d'intérêt public:

  1. Fournir un soutien financier: Travailler avec le journalisme, médias, et les organisations de la société civile pour évaluer les dommages que COVID-19 inflige en fournissant des informations vitales au public et la durabilité du journalisme et des médias. Concevoir des mécanismes appropriés pour apporter un soutien financier urgent aux médias qui produisent du journalisme d'intérêt public, leur permettant d'embaucher ou de garder des journalistes, éditeurs, et les producteurs qui couvrent COVID-19 et les questions connexes, et atteindre des publics mal desservis. Soutien au journalisme local, santé, et les rapports d'enquête sont particulièrement importants. Assurez-vous que ce soutien est juste et transparent, entrepris sans favoritisme, compromettre l'indépendance éditoriale, ou fausser le marché. Les exemples incluent les exonérations de TVA, allégement fiscal, processus de passation des marchés publics simplifiés, des régimes de sécurité sociale fiables pour les journalistes indépendants et les professionnels des médias, octroi d'un statut fiscal à but non lucratif aux organisations de journalisme et de médias d'intérêt public, et d'autres formes de soutien qui peuvent alléger la pression financière sur les organisations de journalisme et les médias indépendants.
  2. Répartir équitablement la publicité publique: Continuer à publier et diffuser des campagnes de sensibilisation à la santé publique et des annonces d'intérêt public par le biais de la publicité. Mais, comme toutes les utilisations des fonds publics, être transparent, et éviter les conflits d'intérêts - comme favoriser vos alliés et vos partisans.

Nous appelons les donateurs et bailleurs de fonds du journalisme et du développement des médias à:

  1. Accroître le financement et la flexibilité: Augmenter et distribuer le financement aux organisations de journalisme et aux médias indépendants, ou aux organisations les mieux placées pour soutenir financièrement des médias indépendants, en particulier dans les milieux pauvres en ressources (bien que des problèmes similaires affectent les médias partout). Envisager d'augmenter le soutien aux bénéficiaires existants et aux organisations intermédiaires, et à ceux qui ont la capacité et les systèmes pour étendre rapidement la sous-subvention au journalisme et aux médias d'information. En plus d'augmenter le financement du soutien aux médias par le biais de leurs instruments existants, les donateurs devraient chercher à créer un fonds d'urgence pour aider les médias d'intérêt public à survivre en cette période de crise et à jeter les bases d'une réponse future à la crise. Les donateurs devraient coordonner et mettre en commun les ressources d'urgence pour maximiser l'efficacité, agilité, et priorisation. Aussi, veiller à ce que les représentants du secteur du journalisme et des médias, les organisations de soutien au journalisme et de développement des médias sont incluses dans tous les systèmes de coordination de l'aide mis en place par les donateurs.
  2. Assurer le respect de l'indépendance éditoriale: Les donateurs se concentrant sur les programmes humanitaires et de santé publique devraient envisager d'allouer un soutien aux médias locaux qui peuvent s'engager avec les communautés dans le besoin, et peut fournir des formats et des langues appropriés pour informer et impliquer les communautés. Soyez conscient que le financement programmatique peut par inadvertance façonner les programmes éditoriaux. Respecter et comprendre la valeur de l'indépendance éditoriale et prendre en considération les besoins à long terme et la durabilité des médias que vous soutenez.
  3. Inclure la prise en charge des médias dans la réponse COVID-19: Renforcez votre reconnaissance de l'importance des médias et du journalisme pour une information de qualité pour tous les citoyens en positionnant fermement le soutien au secteur dans le financement global lié à COVID-19. Cependant, assurez-vous de tirer les leçons des crises précédentes et d'éviter les pièges de la conception et de la fourniture d'un soutien médiatique uniquement dans le contexte de la communication sur la santé en situation de crise.
  4. Répondre aux besoins structurels à long terme: Planifier l'allocation de ressources substantielles au journalisme et aux médias lors de la conception de vos programmes et budgets pour les années à venir. La crise est immédiate mais suit également une crise à plus long terme. Veuillez chercher à augmenter et à distribuer le financement de base et flexible à long terme, et aide au renforcement des capacités, aux organisations de journalisme et aux médias indépendants, ou aux organisations les mieux placées pour soutenir financièrement des médias indépendants. Cela comprend un soutien accru aux bénéficiaires existants et aux organisations intermédiaires, et étendre le soutien à ceux qui ont la capacité et les systèmes pour étendre la sous-subvention aux médias, comme les fonds communs ou d'urgence, et le nouveau Fonds international pour les médias d'intérêt public proposé.

Nous appelons le journalisme et les médias à:

  1. Veiller à ce que les travailleurs des médias puissent effectuer leur travail en toute sécurité: Les employés et les pigistes doivent avoir un équipement de protection, formation et directives de sécurité claires. COVID-19 souligne la responsabilité des organes de presse envers tous les journalistes et les professionnels des médias, mais aussi leur devoir envers les individus dont nous rendons compte. La sécurité passe avant tout.
  2. Protéger les emplois et adapter les environnements de travail: Travailler avec les syndicats et autres pour trouver des moyens d'éviter de licencier du personnel en raison de pertes de revenus. Profitez des régimes de mise en congé là où ils existent et de tout autre soutien dans la mesure du possible pour éviter les pertes d'emplois. Adapter les salles de rédaction pour permettre le travail à domicile lorsque cela est possible, en particulier au fur et à mesure que les gouvernements mettent en place des protocoles de maintien à domicile ou de distance physique. Les dispositions devraient tenir compte des implications sexospécifiques de ces nouveaux environnements de travail. Les femmes sont en grande partie les principales dispensatrices de soins à domicile, et les plus susceptibles d'être responsables de l'allaitement des enfants et des personnes âgées malades, à la maison de l'école, ou isolément. Reconnaître que le travail à domicile, couvrant des histoires à haut risque, ou être exposé à une infection peut être à la fois isolant et aliénant. En tant que tel, veiller à ce que les employés et les pigistes aient accès à la santé mentale ou au soutien psychosocial approprié.
  3. Servez votre public: Continuez à demander comment vous pouvez trouver de nouvelles façons d'être pertinentes et utiles au public ainsi qu'à la réponse globale. Fournir des conseils pratiques parallèlement aux actualités, et mettre en évidence les solutions aux défis ainsi qu'aux problèmes. Être en première ligne dans la lutte contre la désinformation et la désinformation. Organiser une action collective et mutualiser les ressources si c'est le moyen le plus efficace de répondre et de persévérer. C'est le moment de la collaboration, pas de compétition.
  4. Reconnaître la diversité: Servir toutes les sections de votre communauté en reconnaissant que, tandis que COVID-19 affecte tout le monde, elle est particulièrement dévastatrice pour les communautés marginalisées et exagère les inégalités socio-économiques (souvent lié à l'origine ethnique et au sexe) qui sont antérieurs à la pandémie. Nous devons être guidés par les preuves et contester les récits trompeurs selon lesquels la crise affecte la société de manière égale. Assurez-vous que votre journalisme comprend des points de vue et des voix de femmes et de groupes marginalisés et que vous embauchez des journalistes de divers horizons et spécialisations qui peuvent rendre compte avec précision de la manière dont la maladie et les retombées économiques affectent de manière disproportionnée les personnes de couleur, la classe ouvrière, immigrant, et d'autres communautés marginalisées. Créer une base de données d'experts en santé des femmes et d'experts économiques pour éviter le biais sexiste de l'approvisionnement dans les médias.

Nous faisons appel à la technologie, sociétés de télécommunications, et les intermédiaires Internet pour:

  1. Respecter les droits fondamentaux et numériques: Garantir et sauvegarder les libertés numériques fondamentales, y compris la confidentialité, protection des données, et cybersécurité, et ne se livrent pas à des pratiques qui portent atteinte à ces libertés - notamment surveiller et surveiller les journalistes et leurs sources. Faites tout ce que vous pouvez pour activer gratuitement, sûr, et des espaces numériques sécurisés pour les journalistes, organisations de journalisme, et les médias indépendants.
  2. Remodeler les algorithmes et les pratiques de modération: Assurez-vous que vos algorithmes et modérateurs reconnaissent des sources d'informations crédibles, dont indépendant, des organisations de médias et de journalisme dignes de confiance. Empêcher les retraits automatisés de contenu journalistique lié à COVID-19, notamment par des processus algorithmiques. Ces éliminations minent la capacité du public à accéder aux informations, et nuire aux organisations de journalistes et de médias qui doivent ensuite consacrer des ressources précieuses à la résolution des litiges liés au contenu qui pourraient plutôt être orientés vers le reportage. Renforcer les procédures de transparence et de notification et accélérer les procédures d'appel et de recours.
  3. Gérer la technologie Blacklist de manière responsable: Collaborer avec les annonceurs pour empêcher l'utilisation de la technologie de la liste noire pour empêcher la diffusion d'annonces à côté de reportages crédibles de journalisme et de presse qui mentionnent la pandémie COVID-19 et d'autres problèmes sanitaires et sociaux critiques.
  4. Soutenir le journalisme: Le cas échéant, initier ou augmenter le financement de, journalisme d'intérêt public, Vérification des faits, et autres mesures pour lutter contre la désinformation et la désinformation, ainsi que d'accélérer les subventions pour prioriser les médias et les agences d'information qui s'attaquent à la crise sanitaire mondiale.
  5. Inverser les incitations commerciales qui discriminent le journalisme: Créer des mécanismes pour vérifier les acteurs crédibles en ligne, et inverser les incitations existantes pour permettre aux médias de monétiser le journalisme d'intérêt public et le contenu de haute qualité. Envisager des changements de politique fondamentaux, comme investir davantage dans l'identification et la démonétisation des acteurs malveillants, et empêcher les acteurs malveillants d'utiliser des publicités numériques et programmatiques pour financer la propagation de la désinformation et de la désinformation.
  6. Offrir l'accessibilité à Internet à tous: Prioriser le maintien de l'accessibilité et de la connectivité Internet, et promouvoir le droit d'accès à l'information. En tant que tel, nous exhortons les fournisseurs de télécommunications à réduire le coût de la connectivité Internet - en particulier dans les marchés émergents et en développement et les communautés à faible revenu - pour permettre aux utilisateurs d'accéder aux nouvelles et aux informations indépendamment de leur situation économique, ainsi que permettre aux journalistes de travailler à domicile.

Nous appelons les annonceurs à:

  1. Gérer de manière responsable la technologie de la liste noire: Travailler avec les sociétés de médias et les agences de publicité pour trouver des solutions à la mise sur liste noire de COVID-19 ou d'autres contenus liés aux reportages d'actualité, et cesser d'utiliser la technologie de la liste noire pour empêcher les publicités d'apparaître à côté du journalisme crédible et des reportages médiatiques qui mentionnent la pandémie COVID-19 et d'autres problèmes de santé et sociaux critiques en ligne. Ceci est conforme à notre appel similaire aux plates-formes technologiques et aux entreprises de télécommunications (voir 4.3 au dessus de).
  2. Modifiez la façon dont vous mesurez et valorisez l'engagement: Construisez votre réputation de marque à long terme en vous détournant de la programmation, publicité ciblée basée sur les clics / vues et / ou les cookies. Le journalisme offre de la valeur aux marques au-delà du simple trafic et offre un environnement sûr pour l'exposition de la marque et l'impact commercial et sociétal.
  3. Faites de la publicité via des médias fiables: Faites-en une politique pour inclure autant de points de presse de qualité, en particulier au niveau local, que possible dans vos dépenses publicitaires numériques. Travailler avec United for News, la Journalism Trust Initiative, ou des associations de journalisme local dans chaque marché pour ajouter de bonne réputation, des médias locaux à vos listes d'inclusion publicitaire. Renforcez les relations publicitaires directes existantes avec des médias de qualité, et passez en revue vos "listes de blocage" programmatiques pour développer une approche plus subtile des problèmes de sécurité de votre marque en vous assurant de ne pas bloquer complètement les actualités. C'est le moment de soutenir les médias au-delà des intérêts et des impératifs commerciaux.

et enfin, aux gens de partout qui lisent, regarder, écouter des services de nouvelles fiables - petits et grands, local et international, impression, numérique, ou diffuser: 

Nous vous demandons de contribuer, autant que vous le pouvez, aux journalistes et abonnés basés sur les abonnements et les membres que vous lisez, regarder, ou écoutez régulièrement ou toute organisation de presse à but non lucratif sur laquelle vous comptez également pour être informé pendant cette crise sanitaire mondiale. La collecte d'informations est difficile et coûteuse en temps normal, et c'est encore plus difficile et cher maintenant. Nous savons que c'est une période difficile pour demander ce type de soutien. La pandémie a laissé des dizaines de millions de personnes sans revenus à un moment où ils ont un besoin urgent d'abris sûrs, subsistance, et - pour beaucoup - un traitement médical. Payer pour des nouvelles peut sembler un luxe inabordable en ce moment, mais nous avons plus que jamais besoin de ces journalistes et de ces services d'information - et ils ont besoin de nous.

Remerciements particuliers à GFMD – Forum mondial pour le développement des médias pour le travail sur l'appel. La liste à jour des signataires est disponible ici et le communiqué de presse ici.

Si vous souhaitez rejoindre l'appel d'urgence, veuillez utiliser le formulaire ci-dessous

Le lancement du Mécanisme européen pour l'état de droit en juillet 2019 marque une nouvelle opportunité pour l'Union européenne (États-Unis) pour maintenir la démocratie et dépasser les limites de l'article 7 procédure. Parmi les actions proposées, l'annonce par la vice-présidente de la Commission européenne chargée des valeurs et de la transparence, Věra Jourová,chapitre consacré à la liberté et au pluralisme des médias dans le rapport annuel sur l'état de droita été vivement saluée par la liberté de la presse et les organisations de journalistes. Il ne s'agit pas seulement de reconnaître que le journalisme indépendant et l'accès à des informations pluralistes sont l'un des piliers de la démocratie, mais aussi une étape clé pour faire face à l'état inquiétant de la liberté et du pluralisme des médias dans l'UE.

Les assassinats de Daphne Caruana Galizia à Malte et de Ján Kuciak en Slovaquie mettent en lumière les nombreuses menaces auxquelles sont confrontés les journalistes dans les États membres de l'UE. Les journalistes sont quotidiennement exposés à la censure, intimidation, harcèlement en ligne et hors ligne, poursuites abusives et violences physiques pour avoir fait leur travail et exercé leur droit fondamental à la liberté d'expression. En parallèle, la capture des médias par les États et la concentration de la propriété par les acteurs privés constituent une énorme menace pour le pluralisme des médias, dans un contexte plus large où le secteur des médias lutte pour sa pérennité financière. Cela a un effet dissuasif sur la liberté de la presse et met en danger le droit des citoyens à l'information. Comme la crise COVID-19 est utilisée par certains gouvernements pour limiter principes de l'état de droit, l’accès à l’information est essentiel au droit du public de savoir. Cette crise illustre également lanécessité de conditions de travail sûres pour les journalistes et d'un, secteur des médias pluraliste et durable.

Il est crucial que les décideurs de l'UE visent un mécanisme européen ambitieux en matière d'État de droit, défendre efficacement la liberté de la presse et le pluralisme des médias et conduire à des améliorations concrètes pour les journalistes et le secteur des médias. Les recommandations suivantes décrivent comment faire du mécanismefort,LaLaopportuncomprisLaet représentative des défis auxquels sont confrontés les journalistes et le secteur des médias.

Recommandation 1:
Évaluation de l'actualité du rapport annuel sur l'état de droit

Le juillet 2019 La communication a été suivie de l'engagement politique ferme du nouveau Collège des commissaires de l'UE à mettre en œuvre le mécanisme de manière globale5. Le programme de travail de la Commission européenne prévoit que le rapport annuel sur l'état de droit 2020 livrables. C'est la bienvenue, compte tenu des défis auxquels sont confrontés les journalistes et le secteur des médias.

Nous comprenons et soutenons le besoin d'aller de l'avant avec la publication du rapport, malgré les perturbations provoquées par la crise du COVID-19. Cependant, la communauté de la liberté de la presse est unie dans sa vision commune selon laquelle la publication du rapport annuel sur l'état de droit devrait être durable, critique et permanent.

Pour ces raisons,, l'état de droit annuel ne devrait être publié que lorsqu'il:

  • Fournit hLacontenu de haute qualité et valeur ajoutée aux preuves existantes (Lavoir la recommandation 4);La
  • Ouvre la voie à des recommandations et à desconduit à des changements concretsdans les États membres de l'UE(voir la recommandation 2);La
  • Prend en compte et analyse lesmesures d'urgenceLapris à 2020 dansle contexte de la crise COVID-19 et leur impact sur la liberté de la presse et l'état de droit.

Recommandation 2:
Renforcer le mécanisme avec des recommandations par pays, élaborer des réponses efficaces et établir un système de sanctions

La surveillance de l'état de la liberté de la presse et du pluralisme des médias dans tous les États membres de l'UE est vivement bienvenue et nécessaire. Cependant, pour que le mécanisme conduise à des changements concrets, nous pensons que le rapport annuel sur l'état de droit devrait être accompagné:

  • Recommandations spécifiques aux pays:Lasur la base des preuves collectées dans chaque État membre de l'UE. L'inspiration pourrait être tirée du semestre européen. À travers les années, ce processus a été renforcé par des recommandations nationales sur mesure et un système de suivi de leur mise en œuvre par la Commission européenne. Une approche similaire pourrait être adoptée pour renforcer l’impact du mécanisme. Les recommandations devraient s'inscrire dans le contexte des obligations existantes des États membres en vertu d'autres organes intergouvernementaux, tels que les engagements du Conseil de l'Europe, et pourrait compléter les efforts internationaux existants pour soutenir les États membres dans leur réponse à la question de la liberté de la presse et de la sécurité des journalistes.
  • Utilisation de recommandations pour renforcer les capacités des États membres et les compétences de l'UE: Les recommandations par pays devraient servir de base à toutes les institutions de l'UE pour évaluer leur capacité à défendre la liberté de la presse et la sécurité des journalistes, en vue d'établir, à travers toute la politique nécessaire, législatif, et mesures budgétaires, moyens de remédier à d'éventuelles lacunes au niveau des États membres de l'UE, et au sein des institutions elles-mêmes, et à son tour fournir un à long terme, amélioration significative de la liberté de la presse dans le bloc.
  • Sanctions en cas de violation grave et systématique de l'état de droit: Les preuves collectées par le biais du mécanisme devraient être utilisées pour activer la future clause de conditionnalité de l'état de droit du cadre financier pluriannuel 2021-2027, et entraîner la suspension potentielle des fonds structurels de l'UE aux États membres ou aux autorités locales / régionales.

Recommandation 3:
Refléter les individus, voix et diversité dans le rapport annuel sur l'état de droit

La nécessité de prendre en compte diverses sources d'information est reconnue à juste titre dans le 2019 la communication. Une approche ascendante est essentielle pour donner un sens au rapport annuel sur l'état de droit, étant donné le potentiel du mécanisme pour apporter des changements positifs dans la vie de millions de citoyens. À cet égard, l'approche de la Commission européenne doit être transparente et inclusive.

La consultation ciblée des parties prenantes lancée le 24 Mars 2020 donne la possibilité à un large éventail d'acteurs, comme les organisations de la société civile, pour alimenter le processus, mais est difficilement accessible à ceux qui ne connaissent pas le langage technique au niveau de l'UE. Les rapports produits par des universitaires et des organisations de la société civile peuvent être renforcés par les observations de journalistes, juges et autres défenseurs de l'état de droit. Assurer une large capture de la recherche nationale, des opinions et des éléments de preuve conféreraient au Mécanismeune plus grande crédibilité et reconnaissance, et promouvoir l'inclusion de la société civiledans les États membres où l'état de droit est menacé.

Il est encore temps de faire en sorte que le contenu du rapport annuel sur l'état de droit comprenne une diversité de sources, en définissant unplan de communication accessible au publicpour engager un éventail de parties prenantes. Cela pourrait inclure:

  • Lancement d'unconsultation publique complémentaire en ligne,Lacibler les journalistes, juges et autres personnes travaillant ou participant à des questions liées à l'état de droit aux niveaux national et local. Une telle consultation permettrait aux particuliers ou aux organismes de soumettre facilement des documents pertinents, y compris les déclarations, rapports et opinions qui fourniraient des informations et une expertise essentielles. La Commission devrait également prendre des mesures pour promouvoir activement la consultation publique complémentaire en ligne, public externe.
  • Faire la marche 2020 consultation des parties prenantes disponible dans toutes les langues de l'UE,La
  • Consulter des journalistes, juges et autres personnes travaillant ou participant à des questions liées à l'état de droit au sein de la Commission européennevisites de pays,La
  • Assurer emblématiquecas individuelssont pris en compte lors des visites de pays, inclus dans le rapport, et la réparation dans leurs cas est une priorité.
  • Utilisation duConnexionsdes réseaux européens et nationaux de journalistes, juges et autres défenseurs de l'état de droit pour recueillir des informations sur les faits et les cas individuels.
  • Complétant les conclusions du 2020 Moniteur du pluralisme des médias avec des sources déjà existantes, telles que les alertes et les réponses des pays de la Plateforme du Conseil de l'Europe pour la protection du journalisme et la sécurité des journalistes,La

Recommandation 4:
Veiller à ce que le rapport annuel sur l'état de droit capture efficacement les défis auxquels sont confrontés les journalistes et le secteur des médias

Comme indiqué précédemment, les conclusions du premier rapport annuel sur l'état de droit ne sont pas seulement l'occasion de conduire à des améliorations concrètes au niveau des États membres. Ils peuvent également informer les initiatives à venir telles que le plan d'action européen pour la démocratie, ou le plan d'action pour les médias, et ouvrir la voie à une action plus forte au niveau de l'UE pour soutenir un, secteur des médias pluraliste et durable.

Faire cela, le rapport doit couvrir le large éventail de défis auxquels sont confrontés les journalistes et le secteur des médias. Bien que certains de ces problèmes soient déjà traités en mars 2020 consultation des parties prenantes et 2020 Moniteur du pluralisme des médias, la liste suivante donne un aperçu de ces défis. Ils sont basés sur les normes internationales et européennes, tel que le 2014 Lignes directrices de l'UE sur les droits de l'homme en matière de liberté d'expression en ligne et hors ligne et 2016 Recommandation du Conseil de l'Europe sur la protection du journalisme et la sécurité des journalistes et autres acteurs des médias.

Nous pensons que le rapport annuel sur l'état de droit devraitcouvrir et évaluer les domaines suivants:

1. Transparence de la propriété et ingérence du gouvernement

  • Adoption et application derègles régissant la transparence de la propriété des médias
  • Capture des médias par les acteurs étatiques, comprenant:
    • Degré de contrôle de l'État dans les médias privés
    • Degré de contrôle de l'État dans les médias de service public
    • Répartition transparente de la publicité d'État
    • Répartition transparente des subventions de l'État
  • Propriété par des acteurs privés,Lacomprenant:
    • Degré de concentration de la propriété par les acteurs privés nationaux
    • Taux de détention par des acteurs étrangers

2. Un environnement propice à un paysage médiatique indépendant et pluraliste en ligne et hors ligne

  • Adoption et application derègles protégeant l'indépendance des médias et le pluralisme,Laainsi queliberté d'expression et accès à l'information
  • Durabilité des médias publics et privés,Lacomprenant:
    • Mécanismes juridiques renforçant l'autosuffisance financière des médias publics et privés
    • Mécanismes financiers renforçant l'autosuffisance financière des médias publics et privés
  • Développement et promotion desLainitiatives et mécanismes de régulation des elfes
  • Pouvoirs et gouvernance des autorités et organes de régulation des médias, comprenant:
    • Indépendance, pouvoirs d'exécution et adéquation des ressources des autorités et organes des médias
    • Conditions et procédures de nomination et de révocation du chef / membres de l'organe collégial des autorités et organes des médias
  • Adoption et application derègles garantissant des rapports libres et pluralistes sur les électionsainsi qu'un accès équitable des partis politiques aux médias de service public pendant les campagnes électorales
  • Statut et rôle des organisations indépendantesen surveillant activement la situation de la liberté et du pluralisme des médias dans différents pays
  • Impact des mesures d'urgence prises dans le contexte de la crise COVID-19sur la liberté de la presse et le pluralisme des médias

3. Cadre de protection des journalistes

  • Adoption et mise en œuvre d'uncadres législatifs complets et autres règles permettant un environnement sûr en ligne et hors ligne pour les journalistes et autres acteurs des médias, comprenant:
    • Mesures de prévention
    • Dispositions criminalisant les attaques spécifiques et graves contre des journalistes (arrestation arbitraire,torture, menaces de mort et de mort)
    • Mécanismes de recours efficaces pour les victimes et leurs familles
    • Mise en place de mécanismes d'alerte précoce et de réponse rapide
    • Garanties procédurales adéquates
  • Adoption, l'intégration et la mise en œuvre deapproches sensibles au genrepour lutter contre la violence à l'égard des femmes journalistes et autres acteurs des médias, comprenant:
    • Législation sensible au genre
    • Collecte de données ventilées par sexe
    • Sensibilisation
    • Protection des victimes
    • Poursuite des auteurs
  • Création deefficace, indépendant etLaenquêtes impartialesen menaces, tueries,attaques, harcèlement, intimidation et mauvais traitements de journalistes et de professionnels des médias
  • Création deenquêtes judiciaires ou non judiciaires spéciales sur des cas spécifiques ou des organes spécialisés indépendantsmener des enquêtes lorsque les enquêtes et les poursuites n'aboutissent pas à traduire en justice les auteurs
  • Développement deprotocoles etLaprogrammes de formationpour toutes les autorités de l'État qui sont responsables du respect des obligations relatives à la protection des journalistes et des autres acteurs médiatiques
  • Partenariat et soutien à la société civile et aux médiaspour obtenir leurs contributions lors de l'élaboration des cadres législatifs, promouvoir les bonnes pratiques, surveiller et signaler les menaces et la violence et sensibiliser
  • Impact de la crise COVID-19sur la sécurité des journalistes

Signataires

AMARC Europe est l'organisation de l'adhésion au service du mouvement de la radio communautaire à travers l'Europe. La représentation politique de ce secteur de la radiodiffusion est le principe de la conduite de nos initiatives et actions. Un réseau plus fort signifie plus d'impact. Avec vos frais d'adhésion vous joindre à plus AMARC 300 des stations de radio communautaires et les fédérations dans plus de 20 pays européens et plus 3.000 membres dans le monde entier AMARC dans le but de renforcer le secteur des médias communautaires en Europe et dans le monde.

En novembre 2020 AMARC Europe tiendra son Assemblée Générale à Bruxelles / Belgique - informations détaillées à venir. Au cours de l'Assemblée générale a également toutes les demandes de nouveaux membres seront discutés et approuvés. Si, c'est maintenant l'occasion de devenir membre à part entière avec l'Europe AMARC.

Nous appelons également nos membres actuels de mettre à jour leurs coordonnées des membres et frais et nous contacter si vous avez des questions viamembers@amarceurope.eu.  

Nous vous rappelons que toutes les radios communautaires, fédérations radio ou de groupes de production peuvent demander l'adhésion à part entière. Les personnes seules, chercheurs ou tout autre activiste radio ne peut demander le statut de « membre associé ». S'il vous plaît consulter notre site Web pour obtenir plus d'informations à cet égard.

Conformément à nos statuts, stations de radio devraient être « à jour » avec le paiement des frais d'adhésion afin d'avoir la (actif et passif) droit de vote lors de l'Assemblée générale. Cela signifie que si les cotisations ne sont pas Payées au cours des années précédentes, nous vous demandons de bien vouloir à ce stade de mettre à jour votre abonnement, y compris la précédente cotisation impayée.

Pourquoi devenir membre AMARC? 10 De bonnes raisons de le faire.

  1. AMARC Europe est la promotion de la mise en réseau, activités de lobbying et de plaidoyer pour le secteur de la radio communautaire européenne avec l'Union européenne, Conseil de l'Europe, les institutions des Nations Unies et la société civile et le secteur des ONG
  2. L'Europe et favorise l'AMARC donne une visibilité aux exemples de bonnes et meilleures pratiques au sein et au-delà du secteur des médias communautaires
  3. AMARC Europe apporte un soutien politique pour les médias communautaires par exemple. processus de régulation, consultations on community media et al
  4. L'Europe ouvre AMARC pour son bureau gratuit, des salles de réunion et des infrastructures à Bruxelles membres par exemple. pour des réunions ou des événements
  5. AMARC Europe offre continue la communication et l'échange d'informations sur l'environnement de la radio communautaire en Europe et au-delà
  6. L'Europe est une AMARC plate-forme de diffusion multi-canal d'information, besoins et demandes de ses membres et le mouvement des médias communautaires
  7. AMARC Europe organise régulièrement des événements & réunions sur des sujets pertinents pour le secteur des médias communautaires
  8. AMARC Europe offre diverses possibilités pour des projets et des activités communes avec des partenaires européens et non-européens – participation à un mouvement mondial
  9. AMARC Europe offre des possibilités pour les bénévoles par exemple. EVS
  10. Acheter le domaine .Radio pour 25 € par an au lieu de 300 €

Vous pouvez payer votre cotisation via les options suivantes

virement bancaire

S'il vous plaît transférer vos frais d'adhésion (minimum 25 € par an) au compte bancaire suivant

Nom du compte: Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires Europe
Nom de banque: BNP Paribas – Fortis
IBAN: BE46 0016 2258 0836
BIC / SWIFT: GEBABEBB

Pay Pal

Vous pouvez également utiliser PayPal pour effectuer votre paiement. Il suffit d'utiliser le lienwww.paypal.me/amarceurope et entrer le montant respectif (minimum 25 € par an)

Ensemble, nous sommes plus forts!