En novembre 2019 Fondation pour Radio civile a déposé une action en justice contre une décision du Conseil des médias du National Media et Infocommunications Autorité que de Décembre 21, 2019 Radio civile a dû arrêter sa diffusion à l'antenne.

Nous savions que cette action en justice ne conduirait pas nécessairement à un retour de la fréquence, nous avons utilisé pour 25 ans – puisque nous avons perdu quelque chose, qui n'a pas été notre propriété. Nous avons jamais remis en question les fréquences étant propriété nationale ou de l'État, attribution de ce qui se fait par les autorités ou organismes professionnels. Il y a plus en jeu ici que le cas de Radio civile.

La Cour a rejeté Metropolitan notre action en justice. Cependant, nous estimons que la décision prise en première instance pourrait enquêter sur notre cas seulement à la lumière de la loi actuelle des médias. nous lançons un appel, parce que nous croyons fermement que cette prochaine étape de la nôtre nous rapprochera de parvenir à une réglementation plus juste et équitable.

Nos arguments sont fondés sur le fait que la méthode de contrôle et de régulation utilisé par l'autorité des médias ne sont pas du tout conforme à la pratique de tous les jours ou les principes de la Constitution sur la liberté de la presse et n'a pas toutes les valeurs communautaires qui sont les éléments les plus opérationnels importants de les médias que nous représentons.

Notre objectif est de présenter l'affaire devant la Cour constitutionnelle ou la défense des valeurs et des plates-formes des droits européens afin de se lever et agir pour la liberté de la presse hongroise et empêcher que d'autres médias libres d'être réduits au silence. Pour atteindre cet objectif notre représentant légal des libertés civiles Union hongroise (Tash) et Mertek médias moniteur nous aide.

Conseil de la Fondation pour Radio civile

Dans notre dernier bulletin, nous avons rendu compte de la décision du Conseil des médias hongrois à ne pas réédition de la licence de la radio communautaire Radio civile à Budapest. Findici the full statement of Civil Radio on the decision of the Media Council.

Civil Radio will challenge the decision! Lisez ici la nouvelle déclaration sur les prochaines étapes:

We take our case to the court
 
Civil Radio has never been one of the leading media. Plutôt, its importance and significance have been achieved by speaking about those who have been rarely broadcast by other media. We are producing programmes for and with those who have not been given the opportunity elsewhere. Jet is painful for us to see a poorer media space without our broadcast in the air.
 
Our voice stays, and we do not want to remain silent. We will not give up the possibility to broadcast at a frequency. After December 21, 2019, our programs will continue to be heard on the Internet. We do our best to preserve the uniqueness of our sound and develop the surfaces through which our listeners can surely reach us.
 
We will not reconcile ourselves to the decision of the Media Council. We file a lawsuit to prove in the court that, although the decision was lawfully made , it is still disproportionate and unfair. The first phase of the legal proceedings does not promise a quick outcome, withdrawal of the decision seems illusory. Cependant, in a longer process, we will point out that the current biased media regulation makes our voice weak and prevents us from the practice of an objective approach. We will give evidence that a more balanced and fair media law can bring a freer country, more truthful information for the public.
 
Legal representation of Civil Radio is provided byThe Hungarian Civil Liberties Union (Tash) with the professional cooperation ofMertek Media Monitor.
 
We trust that Civil Radio will have frequency, and in the meantime we will continue to broadcast with fresh content and new showswww.civilradio.hu
 
We sincerely thank all those who help, support Civil Radio, who are with us, listen to us. Stay with us!
 
Radio civile

Last week the Budapest based community radioCIVIL RÁDIÓ – FM 98 received the negative decision of the Hungarian Media Council on their re-application for their broadcasting licence.

Dans une première déclaration radio civile réagit à la décision du Conseil des médias avec les mots .

« Notre voix est la même, et nous ne voulons pas être réduits au silence. We will be expelled to the internet, but we will not give up the possibility to broadcast also in the air. After December 21, 2019, our programmes can be listened to solely online. We do our best to preserve the uniqueness of our sound and develop the media platforms, through which our listeners can surely reach us.Communique_Civil RadioTélécharger

Due to the resolution of the Media Council the last time Civil Radio will be heard on the frequency 98.0 MHz in Budapest is December 21, 2019. Their decision was made on the basis of minor malfunctions of the radio, without taking into consideration the spirit and values represented by our radio. This action in an already shrinking independent media space is particularly painful.”

civilradioRadio civile, Budapest a été fondée en 1993 à la suite d'une collaboration des ONG, les communautés locales et les organisations civiles. L'objectif des fondateurs était de donner la parole à des initiatives civiques et de renforcer le contrôle civil.

Le principe de la radio est que les responsables de la programmation, les éditeurs et les présentateurs doivent être bénévoles et un conseil plus un petit nombre d'employés à gérer et à fournir la formation nécessaire pour les. La radio est pas un moyen qui fonctionne avec payé, journalistes professionnels mais avec des citoyens actifs ayant des problèmes réels qui ne sont pas présentés dans les médias. Les deux décennies derrière il a prouvé qu'il était une bonne idée de faire de cette façon. La petite radiodiffusion station de radio que quelques heures au début a maintenant élargi à une radio "grand", dans lequel 150 les bénévoles apportent leur émissions de radio pour une 24 heures par jour de diffusion.

Le leadership politique en Hongrie au cours des dernières années a lentement et systématiquement repoussé toutes les base bottom-up initiative civile. Ils ont réduit les appels d'offres ouverts, subventions et autres fonds, tout en créant délibérément des obstacles administratifs pour les ONG et autres organisations petit communautaires. Ces nouveaux règlements juridiques reflètent la pensée politique au sein du gouvernement qui ne tolère pas les opinions et les points de vue différents et différentes. Les nouvelles lois sont écrites, approuvé et modifié sans consultation avec la société civile et professionnels.

Et voilà pourquoi Radio civile est aujourd'hui dans une situation désespérée. Radio civile est l'une des dernières stations de radio communautaires indépendants encore debout en Hongrie. La radio a lancé une campagne dans laquelle il se tourne vers son public, à toutes les personnes qui croient encore aux valeurs de la station croit - la compréhension mutuelle, tolérance, la puissance de la discussion et la coopération, inclusion, liberté.

Une campagne de financement extraordinaire a été lancé.

"Ne nous laissons pas taire! We do not ask for hundreds of thousands of Euros and Forints. Nous pouvons continuer à émettre de la 5% of an ordinary media service provider’s annual budget — therefore every Euro and Forint counts, chaque peu d'aide est appréciée. "

https://sos.civilradio.org/en/

Radio civile , Budapest a été fondée en 1993 à la suite d'une collaboration entre les ONG , les communautés locales et les organisations de la société civile . L'objectif des fondateurs était de donner la parole à des initiatives civiques et renforcer le contrôle civil.
Le principe de la radio est que les développeurs de logiciels , les éditeurs et les présentateurs doivent être volontaires et un petit groupe d'employés rémunérés pour gérer et fournir l'infrastructure nécessaire. La radio no es un medio que trabaja con los periodistas profesionales remunerados pero con ciudadanos activos con problemas reales que no se presentan en los medios de comunicación . Les deux dernières décennies ont montré qu'il était une bonne idée. La pequeña radio que comenzó con sólo unas pocas horas de emisión en el inicio se ha expandido a una radio “grand” , dans lequel 150 bénévoles émettent 24 heures par jour chaque semaine .
El liderazgo político en Hungría ha actuado lenta y sistemáticamente contra las iniciativas de base ciudadana en los últimos años . Ils ont réduit la passation des marchés publics , subventions et autres fonds , ont délibérément créé des obstacles administratifs pour les ONG et d'autres organisations petit communautaires . Ces nouvelles lois reflètent la pensée politique au sein du gouvernement qui ne tolère pas les opinions et les points de vue différents et différent. Les nouvelles lois sont écrites , approuvé et modifié sans consultation avec la société civile et professionnelle.
Y esta es la razón por Civil Radio se encuentra hoy en una situación desesperada. Civil Radio es una de las últimas estaciones de radio comunitarias independientes aún en pie en Hungría. La radio a commencé sa campagne publique dans laquelle il devient , toutes les personnes qui croient encore dans les valeurs de la station croit – la compréhension mutuelle , tolérance, la puissance de la discussion et la coopération , y compris, liberté.
Un financement de la campagne extraordinaire a lancé .
” Ne soyons pas silencieux ! Ne pas demander à des centaines de milliers de dollars et florins . Nous pouvons continuer à émettre de la 5 % le budget annuel d'une communication ordinaire du fournisseur de services – donc, Euro Forint et chaque compte, toute aide est appréciée. ”
https://sos.civilradio.org/en/