En novembre 2019 Fondation pour Radio civile a déposé une action en justice contre une décision du Conseil des médias du National Media et Infocommunications Autorité que de Décembre 21, 2019 Radio civile a dû arrêter sa diffusion à l'antenne.

Nous savions que cette action en justice ne conduirait pas nécessairement à un retour de la fréquence, nous avons utilisé pour 25 ans – puisque nous avons perdu quelque chose, qui n'a pas été notre propriété. Nous avons jamais remis en question les fréquences étant propriété nationale ou de l'État, attribution de ce qui se fait par les autorités ou organismes professionnels. Il y a plus en jeu ici que le cas de Radio civile.

La Cour a rejeté Metropolitan notre action en justice. Cependant, nous estimons que la décision prise en première instance pourrait enquêter sur notre cas seulement à la lumière de la loi actuelle des médias. nous lançons un appel, parce que nous croyons fermement que cette prochaine étape de la nôtre nous rapprochera de parvenir à une réglementation plus juste et équitable.

Nos arguments sont fondés sur le fait que la méthode de contrôle et de régulation utilisé par l'autorité des médias ne sont pas du tout conforme à la pratique de tous les jours ou les principes de la Constitution sur la liberté de la presse et n'a pas toutes les valeurs communautaires qui sont les éléments les plus opérationnels importants de les médias que nous représentons.

Notre objectif est de présenter l'affaire devant la Cour constitutionnelle ou la défense des valeurs et des plates-formes des droits européens afin de se lever et agir pour la liberté de la presse hongroise et empêcher que d'autres médias libres d'être réduits au silence. Pour atteindre cet objectif notre représentant légal des libertés civiles Union hongroise (Tash) et Mertek médias moniteur nous aide.

Conseil de la Fondation pour Radio civile

Dans notre dernier bulletin, nous avons rendu compte de la décision du Conseil des médias hongrois à ne pas réédition de la licence de la radio communautaire Radio civile à Budapest. Trouverici la déclaration complète de la radio civile sur la décision du Conseil des médias.

La radio civile contestera la décision! Lisez ici la nouvelle déclaration sur les prochaines étapes:

Nous portons notre affaire devant le tribunal”
 
La radio civile n'a jamais été l'un des principaux médias. Plutôt, son importance et sa signification ont été atteintes en parlant de ceux qui ont rarement été diffusés par d'autres médias. Nous produisons des émissions pour et avec ceux qui n'ont pas eu l'occasion ailleurs. JeIl nous est douloureux de voir un espace médiatique plus pauvre sans notre émission dans les airs.
 
Notre voix reste, et nous ne voulons pas rester silencieux. Nous n'abandonnerons pas la possibilité de diffuser à une fréquence. Après décembre 21, 2019, nos programmes continueront d'être entendus sur Internet. Nous faisons de notre mieux pour préserver l'unicité de notre son et développer les surfaces à travers lesquelles nos auditeurs peuvent sûrement nous atteindre.
 
Nous ne nous réconcilierons pas avec la décision du Conseil des médias. Nous intentons une action en justice pour prouver au tribunal que, bien que la décision ait été rendue légalement , c'est toujours disproportionné et injuste. La première phase de la procédure judiciaire ne promet pas une issue rapide, le retrait de la décision semble illusoire. Cependant, dans un processus plus long, nous soulignerons que l'actuelle réglementation biaisée des médias rend notre voix faible et nous empêche de pratiquer une approche objective. Nous apporterons la preuve qu'une loi sur les médias plus équilibrée et plus juste peut apporter un pays plus libre, des informations plus véridiques pour le public.
 
La représentation légale de Civil Radio est assurée parL'Union hongroise des libertés civiles (Tash) avec la coopération professionnelle deMoniteur multimédia Mertek.
 
Nous sommes convaincus que la radio civile aura une fréquence, et en attendant, nous continuerons à diffuser avec du contenu frais et de nouvelles émissions: www.civilradio.hu
 
Nous remercions sincèrement tous ceux qui aident, soutenir la radio civile, qui sont avec nous, Écoutes nous. Rester avec nous!
 
Radio civile

La semaine dernière, la radio communautaire basée à BudapestRADIO CIVILE - FM 98 a reçu la décision négative du Conseil hongrois des médias sur leur demande de renouvellement de leur licence.

Dans une première déclaration radio civile réagit à la décision du Conseil des médias avec les mots .

« Notre voix est la même, et nous ne voulons pas être réduits au silence. Nous serons expulsés vers Internet, mais nous n'abandonnerons pas la possibilité de diffuser aussi dans les airs. Après décembre 21, 2019, nos programmes peuvent être écoutés uniquement en ligne. Nous faisons de notre mieux pour préserver la singularité de notre son et développer les plateformes média, par lequel nos auditeurs peuvent sûrement nous atteindre.Communique_Civil RadioTélécharger

En raison de la résolution du Conseil des médias, la dernière fois que la radio civile sera entendue sur la fréquence 98.0 MHz à Budapest est décembre 21, 2019. Leur décision a été prise sur la base de dysfonctionnements mineurs de la radio, sans prendre en compte l'esprit et les valeurs représentés par notre radio. Cette action dans un espace médiatique indépendant déjà en rétrécissement est particulièrement douloureuse.

radio civileRadio civile, Budapest a été fondée en 1993 à la suite d'une collaboration des ONG, les communautés locales et les organisations civiles. L'objectif des fondateurs était de donner la parole à des initiatives civiques et de renforcer le contrôle civil.

Le principe de la radio est que les responsables de la programmation, les éditeurs et les présentateurs doivent être bénévoles et un conseil plus un petit nombre d'employés à gérer et à fournir la formation nécessaire pour les. La radio est pas un moyen qui fonctionne avec payé, journalistes professionnels mais avec des citoyens actifs ayant des problèmes réels qui ne sont pas présentés dans les médias. Les deux décennies derrière il a prouvé qu'il était une bonne idée de faire de cette façon. La petite radiodiffusion station de radio que quelques heures au début a maintenant élargi à une radio "grand", dans lequel 150 les bénévoles apportent leur émissions de radio pour une 24 heures par jour de diffusion.

Le leadership politique en Hongrie au cours des dernières années a lentement et systématiquement repoussé toutes les base bottom-up initiative civile. Ils ont réduit les appels d'offres ouverts, subventions et autres fonds, tout en créant délibérément des obstacles administratifs pour les ONG et autres organisations petit communautaires. Ces nouveaux règlements juridiques reflètent la pensée politique au sein du gouvernement qui ne tolère pas les opinions et les points de vue différents et différentes. Les nouvelles lois sont écrites, approuvé et modifié sans consultation avec la société civile et professionnels.

Et voilà pourquoi Radio civile est aujourd'hui dans une situation désespérée. Radio civile est l'une des dernières stations de radio communautaires indépendants encore debout en Hongrie. La radio a lancé une campagne dans laquelle il se tourne vers son public, à toutes les personnes qui croient encore aux valeurs de la station croit - la compréhension mutuelle, tolérance, la puissance de la discussion et la coopération, inclusion, liberté.

Une campagne de financement extraordinaire a été lancé.

"Ne nous laissons pas taire! Nous ne demandons pas des centaines de milliers d'euros et de forints. Nous pouvons continuer à émettre de la 5% du budget annuel d’un fournisseur de services médias ordinaire - par conséquent, chaque euro et chaque forint comptent, chaque peu d'aide est appréciée. "

https://sos.civilradio.org/en/

Radio civile , Budapest a été fondée en 1993 à la suite d'une collaboration entre les ONG , les communautés locales et les organisations de la société civile . L'objectif des fondateurs était de donner la parole à des initiatives civiques et renforcer le contrôle civil.
Le principe de la radio est que les développeurs de logiciels , les éditeurs et les présentateurs doivent être volontaires et un petit groupe d'employés rémunérés pour gérer et fournir l'infrastructure nécessaire. La radio n'est pas un média qui travaille avec des journalistes professionnels rémunérés mais avec des citoyens actifs avec de réels problèmes qui ne sont pas présentés dans les médias. . Les deux dernières décennies ont montré qu'il était une bonne idée. La petite radio qui a commencé avec seulement quelques heures de diffusion au début est devenue une radio “grand” , dans lequel 150 bénévoles émettent 24 heures par jour chaque semaine .
Les dirigeants politiques hongrois ont agi lentement et systématiquement contre les initiatives citoyennes ces dernières années . Ils ont réduit la passation des marchés publics , subventions et autres fonds , ont délibérément créé des obstacles administratifs pour les ONG et d'autres organisations petit communautaires . Ces nouvelles lois reflètent la pensée politique au sein du gouvernement qui ne tolère pas les opinions et les points de vue différents et différent. Les nouvelles lois sont écrites , approuvé et modifié sans consultation avec la société civile et professionnelle.
Et c'est la raison pour laquelle Civil Radio est aujourd'hui dans une situation désespérée. Civil Radio est l'une des dernières radios communautaires indépendantes encore debout en Hongrie. La radio a commencé sa campagne publique dans laquelle il devient , toutes les personnes qui croient encore dans les valeurs de la station croit – la compréhension mutuelle , tolérance, la puissance de la discussion et la coopération , y compris, liberté.
Un financement de la campagne extraordinaire a lancé .
” Ne soyons pas silencieux ! Ne pas demander à des centaines de milliers de dollars et florins . Nous pouvons continuer à émettre de la 5 % le budget annuel d'une communication ordinaire du fournisseur de services – donc, Euro Forint et chaque compte, toute aide est appréciée. ”
https://sos.civilradio.org/en/