Les membres du CUAC FM a décidé le jeudi 28 Septembre 2017 pour mettre fin à leur diffusion FM après avoir reçu une notification de la sanction par la Xunta de Galice, qui menace d'une amende la station de radio de 100 mille et 200 mille euros pour la radiodiffusion « sans avoir la licence correspondante ». L'assemblée qui gère la radio a décidé de ne garder que sa diffusion en ligne, à la fois livestreaming et podcast.

L'Europe s'oppose à la AMARC décision du gouvernement galicien qui ne peut être considérée comme une violation du droit à la communication (article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies) et l'Espagne 2010 loi sur l'audiovisuel.

La décision du gouvernement de Galice a été accueilli avec frustration et surpris par des bénévoles CUAC FM, en fait, depuis des années la station de radio a été exigeant que le gouvernement galicien se conformer à la loi générale sur la communication audiovisuelle approuvée en 2010, qui reconnaît la communauté les médias comme le droit des citoyens (article 4) et établit le droit d'effectuer une pré-existante radio communautaire et de la télédiffusion aux licences d'accès ou les autorisations dans le domaine de la couverture dans laquelle ils fournissaient déjà leur activité (disposition transitoire 14).

En outre, le communiqué de presse de la station souligne que « dans ces 21 années de service à la communauté CUAC FM n'a jamais reçu une communication, plainte ou notification de toute nature de son activité, et n'a jamais porté atteinte à ni nui à la diffusion d'une autre radio en la station en Galice. » en outre, « la Xunta de Galicia est au courant de l'existence de Cuac FM depuis le début de ses émissions » et que « les relations de cette station avec le Secrétariat général des médias ont été nombreux ».

CUAC FM, qui a commencé la diffusion le 27 Mars 1996, est la plus ancienne radio communautaire de la Galice. Basé à La Corogne, CUAC FM est l'un des tout l'État espagnol le plus actif, et jouit d'une grande implantation sociale dans la ville, avec plus de 1200 personnes qui sont engagées dans la programmation avec la station de radio. CUAC FM est également soutenue par une université Corogne et de nombreuses entités sociales. Ci-dessous vous trouverez le communiqué de presse CUAC FM.

COMMUNICATION OFFICIEL: QUACK TOURNE OFF 103,4 FM

De Cuac FM, et avec regret énorme, nous devons informer que le 21 Septembre, après 21 ans de diffusion, la Xunta de Galicia, par son Secrétariat général des médias, a informé Cuac FM du lancement d'une procédure judiciaire contre la station de radio pour la diffusion « sans avoir la licence correspondante ». CUAC est exposé à une sanction administrative allant de € 100.001 à 200.000 €.

À la lumière de ces faits, le Collectif des étudiants de l'Université active (CUAC) veut souligner les points suivants:

  1. Dans ces 21 années de service à la communauté, Cuac FM n'a jamais reçu aucune communication, plainte ou notification de toute nature en ce qui concerne son activité, et ne se mêlait jamais ni endommagé la diffusion d'une autre station de radio en Galice.
  2. The Xunta de Galicia has evidence of the existence of Cuac FM even before the start of its emissions – on March 27, 1996. The communications of this station with the General Secretariat responsible for this legal procedure were numerous and always initiated by CUAC. CUAC has repeatedly requested the reservation of radio-electric space for community-based not-for-profit radio stations and the licensing of these broadcasting services, even if they were on a provisional basis, to safeguard the activity of the few free community broadcasters that exist in Galicia.
  3. CUAC has been vindicating and working, for two decades, at the Galician, state and European level, for the defence of the exercise of the fundamental right to freedom of expression and information, an inalienable right that is recognized by the Declaration of Human Rights ( UN, 1948) and by article 20.1.a) of the Spanish Constitution. This work is coordinated with the Community Media Network (REMC) and the World Association of Community Radios (AMARC), of which CUAC is a part.
  4. CUAC a appelé à plusieurs reprises pour la Xunta de Galicia à appliquer sur notre territoire autonome de la loi générale de la communication audiovisuelle 7/2010 qui reconnaît, dans son article 4, les médias communautaires comme un droit des citoyens et établit le droit à la radio communautaire préexistante et la diffusion de la télévision aux licences d'accès ou les autorisations dans le domaine de la couverture dans laquelle ils fournissaient déjà leur activité (disposition transitoire 14).
  5. CUAC denounces the non-compliance by the public administrations of said General Audiovisual Communication Law of 2010, in a degree of omission, since no license was granted for non-profit community communication services within seven years after the entry into force of the law. The state repeatedly fails to comply with the mandate to develop the required regulations, in spite of the reminder that the Ombudsman’s office made in that regard in 2012.
  6. The exercise of freedom of expression through any means is a right of citizenship that cannot be coerced or can be eternally delayed due to the inactivity of public powers, as the courts of justice have recognised. The radioelectric space is a good public domain managed by the administration for the benefit of all citizens. Numerous international laws and resolutions regarding the right to communication, such as the declarations of the European Parliament (2008), European Council of Ministers (2009), or of the speakers of the freedom of expression of the UN, the OSCE or the UNESCO, point out the right of people to create their own means of information. In Spain and Galicia, this right has been kidnapped by the inactivity of the administration, which, nevertheless, has called for tenders for the granting of commercial licenses to companies for profit.
  7. The right of existence of community media is largely supported by the Spanish Parliament. Such support was manifested with the approval of all political parties (being the Popular Party the only vote against) of a Parliamentary motion presented on June 21, 2017 in the Committee on Energy, Tourism and Digital Agenda of the Congress of the Deputies. Said motion urges the Spanish State Government to “Regulate the granting of temporary authorizations to Community radio and television services that were in operation before January 1, 2009”.
  8. Cuac FM is a non-profit Community Broadcaster that was created in 1996 to guarantee the exercise of the right of access to communication and the freedom of expression of citizenship, continuing its activity continuously, 365 days per year. We have reached the 452 broadcast programmes, with more than 1,200 people accessing our studios and hundreds of associations, groups and educational centres have passed through our waves. In these nearly 22 years, Cuac FM did not reject any of the programme applications submitted for its broadcast.

La Xunta de Galice a été sourd à tout ce parcours juridique alors qu'il est engagé à l'extermination du seul sans but lucratif service de communication communautaire dans la ville de La Corogne, contredisant aussi la motion approuvée en 2016 par l'Assemblée plénière de la section locale gouvernement de la ville de la Corogne, qui vise à protéger ces services, et en particulier, Cuac FM.

Hier, le 28 Septembre, 2017, l'Assemblée générale des membres et des membres du Collectif de l'Université active étudiants ont décidé de cesser d'émettre en modulation de fréquence (FM) jusqu'à ce que cette situation est résolue, bien que maintenant sa présence en ligne et -livestreaming podcasting.

L'Assemblée générale a également approuvé l'élaboration d'une stratégie pour défendre le droit de communiquer de la citoyenneté au niveau juridique, politique et social, qui mobilisera toutes ses ressources matérielles et humaines, dans la conviction que le seul moyen efficace de défendre les droits de l'homme est par son exercice.

Enfin, Cuac FM aimerait remercier toutes les personnes et les institutions qui nous ont soutenus au cours de ces années et qui continueront sûrement à nous accompagner dans l'avenir, avec une mention spéciale à l'Université de La Corogne. Enfin, nous lançons un appel à tous les agents sociaux, des groupes, des associations et des particuliers pour nous aider à défendre leur droit à une communication libre, démocratique et pluriel. Aujourd'hui est Cuac FM, demain peut-être tout autre espace de communication sociale.

Celui qui a l'honneur, nous suivre.

La Corogne, le 29 Septembre, 2017

L'assemblée des membres et partenaires du Collectif des étudiants universitaires actifs

Dans ce toolkit, ARTICLE 19 fournit un guide pour identifier le « discours de haine » et comment lutter efficacement contre elle, tout en protégeant les droits à la liberté d'expression et de l'égalité. Il répond à une demande croissante de directives claires sur l'identification « discours de haine », et pour répondre aux discours de haine "les défis que pose dans un cadre des droits de l'homme.

IMG_3651Paris, 10-11 Décembre ici à 2015

Le nouveau conseil d'administration international de l'AMARC réuni à Paris pour lancer le processus de la planification stratégique vers la mise en œuvre du plan stratégique voté par l'Assemblée générale au Ghana en Août 2014. La réunion a eu lieu dans le siège de l'UNESCO, dans le centre de Paris.

Étaient présents Min Shahi (Népal) Vice-président exécutif, Palmira Velasco (Mozambique) trésorier, vice-présidents de Régions; pour l'Afrique Karamoko Bamba (Côte d'Ivoire); pour l'Asie-Pacifique: Ram Bhat (Inde); pour l'Europe: Soledad Galiana; le vice-président du "Réseau international de l'AMARC femmes» Adeline Nsimire Balika (République démocratique du Congo), et les vice-présidents suivants: Marie-Guyrlène Justin (Haïti), Yengwayo Kutta (République sud-africaine), Damian Loreti (Argentine) , et Sophie Toupin (Canada), et l'ancien président et coordonnateur du programme législatif, Maria Pia Matta; coordonnateur régional Asie-Pacifique, Suman Basnet et AMARC secrétariat général, Francesco Diasio.

Président de l'AMARC International, Emmanuel Boutterin a souligné comment cela a été la première occasion de la nouvelle planche de rencontrer face à face et de créer les synergies entre les différentes régions de l'AMARC à travailler ensemble au nom des membres.

IMG_3652

Partenariat entre l'UNESCO et l'AMARC

Mirta Lourenço, Chef de la Section, de communication et l'information de l'UNESCO, a accueilli les membres du Conseil. Lourenco travaille avec le pluralisme des médias et ils travaillent en cinq axes: l'égalité des sexes dans les médias à tous les niveaux, du contenu à des procédures de travail; éducation et la formation des médias, y compris les nouvelles technologies; Journée mondiale des radiocommunications (AMARC fait partie du comité qui organise ce jour); La participation des jeunes à la radio, un secteur clairement sous-représentés dans les médias; et la production de contenu de médias indépendants.

"Pour l'UNESCO AMARC est très important, car il réunit les radios qui travaillent dans la communauté, et l'UNESCO va promouvoir auprès des gouvernements du monde l'existence des radios communautaires. Nous voulons travailler en étroite collaboration avec l'AMARC. Nous voulons travailler en étroite collaboration pour créer un AMARC très forte ", a déclaré Lourenco.

IMG_3667La numérisation en Europe: DAB + perspective

Jean-Marc Dubreuil, directeur de programme France, DMB mondiale, a présenté les travaux de son organisation à l'Organe international. Il est prévu une présentation similaire par le représentant de la norme DMR dans le futur.

Dubreil expliquer qu'en raison d'une gamme complète de FM dans certains pays, il y avait un besoin pour la numérisation. Au Royaume-Uni, la Norvège, la Suisse et le Danemark, il existe un nombre élevé d'auditeurs des auditeurs de radio numériques. En Suisse et la Norvège ont décidé d'éteindre FM (2017 et en 2020 respectivement). Maintenant en Allemagne, Allemagne et Pays-Bas et en Italie, il ya eu une augmentation dans le nombre d'auditeurs numériques comme le nombre de chaînes numériques ont augmenté. En Italie, 70% de la population peut maintenant recevoir la radio numérique. Les Pays-Bas a décidé de lancer la numérisation en 2013, et d'intégrer tous les secteurs des médias dans les plates-formes. Certains autres pays européens, comme la France, la Belgique et la Pologne ont été envisagent la radio numérique. En France, ils sont maintenant dans le mouvement pour couvrir 93% de la population avec le DAB +. En France, ils commencent avec les services régionaux et locaux. Le radiodiffuseur public flamand émet déjà en DAB + en Belgique, et il parle français diffusion publique va commencer l'année prochaine. Le régulateur polonais a décidé de reporter la numérisation.

Il ya un problème avec DRM + en raison du nombre limité de récepteurs pour (DRM30) ou pas du tout pour DRM +. Ceci est un problème pour cette norme, et si elles ne garantissent pas qu'il n'y Au Royaume-Uni, la Suisse et la Pologne, ils expérimentent petite échelle DAB +, qui nécessitera un investissement initial de 80.000 euros pour l'émetteur.

Selon Dubreuil, DAB offrent plus de choix, une meilleure réception et de nouvelles fonctionnalités pour les auditeurs, tandis que pour les radiodiffuseurs, il apporte l'innovation, un meilleur ciblage des auditeurs et d'être rentable, et un niveau social, il est une distribution plus verte, plus grande pluralité et le pilote Sûreté et sécurité. Réseaux téléphoniques ne peuvent pas soutenir un volume élevé d'utilisateurs, que la radiodiffusion numérique peut faire. Il a également souligné que, pour la numérisation, pour réussir, vous devez avoir un bon contenu et la couverture, pour assurer appareils sont accessibles et pas cher (y compris les voitures). En France, il ya eu ce genre de communication.
Dubreuil estime que DAB est la future plate-forme de base pour la radio, surtout parce qu'il est la norme étant introduit par les gouvernements européens.

IMG_3670

Liberté d'expression et la sécurité des journalistes

Sylvie Coudray, Chef de la Section pour le Secteur de la communication et de l'information (CI) de l'UNESCO a fait une présentation sur la liberté d'expression et la sécurité des journalistes dont l'UNESCO est en cours depuis les 30 dernières années.

L'UNESCO participe à des enquêtes dans différentes parties de contact pour les parties prenantes et les gouvernements du monde. Karamoko Bamba a souligné comment en Afrique de l'Ouest, spécialement au Mali et en ivoire côtes, de nombreux journalistes ont été assassiner. Sylvie Coudray a souligné que la question de l'impunité est essentielle, car elle est le fait qu'il n'y a pas d'enquête adéquate et par conséquent pas de punition, il ne permet pas quand il vient à garantir la sécurité des journalistes. Il y aurait une réunion en Février traitant de la sécurité des journalistes et l'impunité. AMARC sera représentée et la réunion se concentrera sur la façon de fournir des outils pour la sécurité et contre l'impunité contre les journalistes et les médias, être partager expérience des meilleures pratiques, l'engagement avec les gouvernements, et explorer de nouveaux mécanismes pour assurer la sécurité des journalistes.

IMG_3675Journée mondiale des radiocommunications de 2,016

Jean-François Riffaud, coordinateur de la campagne de la Journée mondiale Radio, a parlé des préparatifs en vue de la Journée mondiale de la radio (13 Février 2016). Cette année, l'accent serait mis "Radio dans les situations d'urgence et de catastrophe". anit se penchera sur cinq situations spécifiques:

  • Libéré d'expression (une situation de catastrophe ou d'urgence ne doit pas être une excuse pour restreindre la liberté d'expression)
  • Radio autonomisation des survivants et des personnes vulnérables, dont le droit à la vie privée doit être respecté. Ceci est la raison pour laquelle l'UNESCO défend les radios communautaires, car ils sont la voix des personnes vulnérables.
  • Radio sauve des vies. Radio prépare les gens à la réponse aux catastrophes et les aide à reconstruire leurs fichiers après une catastrophe.
  • Accessibilité immédiate des fréquences radio est essentielle pour sauver des vies. Il ya fréquences d'urgence qui sont réservés pour ce genre de situations, mais ne sont pas respectés par certains opérateurs de radio.

L'UNESCO a déjà créé une campagne médiatique et il est la préparation du matériel pour mettre en évidence les cinq message, car ils travaillent à la fois visibilité et issues.They contenu sont la préparation de courtes interviews, des documentaires, des éléments et des histoires à construire vos programmes, et des jingles de promouvoir World Radio Jour. Le site Web sera lancé le 11 Décembre 2016, où les participants seront en mesure de vous inscrire. radioworldday.org

UNESCO créera 12 heures de programmation qu'ils diffuseront le 13 Décembre. Ceux-ci sont été produites par différents publics une stations.It commerciale est possible de collaborer avec cette émission en contactant les organisateurs de la Journée mondiale de la radio.

Maria_Pia_Matta_0La Chilienne Maria Pia Matta, présidente de l'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) partage la même liste que la Mapuche, Mireya Manquepillán Huanquil, directrice de la radio communautaire Kimche Mapu.

Dotés d'un courage exemplaire, ces "100 Herósluttent ou dédient leur travail à la promotion de la liberté, en vertu de l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, «chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit». Les «100 héros» mettent leur idéal «pour servir le bien commun», et ont donc valeur d'exemple.

María Pía Matta, possède une vaste expérience dans la promotion et la défense de la liberté d'expression au Chili, en Amérique latine et dans le monde. En tant que Présidente de l’AMARC, elle a contribué à élever le rôle social de la radio communautaire et à favoriser le plein exercice de la liberté d’expression par les citoyens. Elle a mené la première visite d'observation des radios et des médias mapuches, qui a abouti à des recommandations de la Commission des Nations Unies pour l'élimination de la discrimination raciale (CERD) au Chili relatif à reconnaître le rôle de la radio dans la communication et à l’arrêt de la criminalisation de la diffusion de la radio communautaire sans licence. Cette liste de RSF présente également un portrait de Mireya Manquepillán Huanquil, sélecitonnée pour son travail à la radio Kimche Mapu dans la commune de Lanco.

La liste de RSF est une reconnaissance et un hommage rendu non seulement aux 100 personnes nommées, célèbre ou inconnues, mais à tous les journalistes, de profession ou non, qui contribuent quotidiennement à éclairer le monde et tenir compte de la réalité sous toutes ses formes. Cette initiative vise à démontrer que la lutte pour défendre et promouvoir la liberté de l'information passe par un nécessaire soutien aux victimes de violence, mais aussi à ériger des modèles qui peuvent servir de référence.

Consultez la liste complète

María Pía Matta, présidente de l'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC), a été nommée en mai comme en mai parmi l'une des 100 héros de l'information (#infoheroes) par Reporters sans frontières (RSF). Cette nomination est une reconnaissance de sa carrière dans la défense du droit à la communication, son engagement pour les chaînes de radio et de télévision et son travail communautaire d'inspection de la situation de la liberté d'expression dans les zones de conflit en Amérique latine. Sandra Herrera AMARC ALC et Miriam Meda AMARC Europe l'a interviewée.

Comment avez-vous reçu cette reconnaissance de «héroïne de l’information» de Reporters sans frontières? Sachant que, avec elle, vous êtes une référence de la communication pour beaucoup de gens et de journalistes?

J’ai reçu la nomination de RSF avec gratitude et émotion; parce que c’est la reconnaissance du travail collectif que nous avons fait à l'AMARC pour asseoir le droit à l'information et à la liberté d'expression en tant que droits sociaux.

Vous engagez-vous à de nouveaux défis suite cette distinction?

Je sens, plus que jamais, un grand engagement envers l'autonomie du mouvement de la radio, en tant qu’effort collectif. Fondamentalement, nous devons donner plus de substance à la communication populaire en tant que noyau du développement des radios et des médias communautaires. Cela signifie que nous ne devrions jamais laisser de côté la production de contenu ainsi que nos pratiques de communication. Cela va de de pair avec à une gestion intégrale non-hiérarchique et met en jeu la hiérarchie.

Aujourd'hui, le mouvement des radios en Amérique latine et dans les Caraïbes a pris des mesures importantes, mais la production de contenu est souvent laissée de côté parce que les groupes et les individus qui œuvrent au sein des radios luttent pour leur survie et leur légalité.

Quelles sont les motivations qui conduisent une personne à consacrer sa vie aux médias communautaires?

Les motivations sont nombreuses, mais pour moi, je pense que la chose principale est que j’ai vécu la perte de la démocratie en 1973 et j’ai vécu l'horreur de la dictature de Pinochet. Cette expérience me rend profondément attachée à la démocratie.

La démocratie comme bien commun, une démocratie qui respecte ses procédures, où la représentation est aussi importante que la participation, tous ces facteurs font une saine démocratie.

La démocratie doit garantir à tous, en particulier aux plus pauvres, l'accès et la participation à la parole publique et au débat public, c’est ce qui la renforce. Donc, je pense que les projets de communication communautaires sont d'excellents outils pour les secteurs qui ne participent pas au débat public, parce qu'ils n’y ont pas accès ou parce qu'ils n’ont pas les outils pour le faire. Enfin, je dois dire que ce sont les secteurs populaires, les secteurs les plus pauvres de notre société, qui sont les moins impliqués dans le débat public. Ensuite, il en est ainsi: une saine démocratie est égale à un débat public de grande qualité où tous les secteurs participent, principalement les secteurs qu’y en sont traditionnellement exclus.

Quand avez-vous commencé à travailler dans la défense du droit à la liberté d'expression? En comparaison avec la situation actuelle, quelles différences avez-vous remarqué?

J'ai commencé à travailler à Radio Tierra en 1992. Je n'y travaille plus depuis octobre 2013. J'ai commencé mon travail à AMARC Chili en 2002, puis à AMARC ALC en 2003.

Depuis 2002, en collaboration avec des collègues tel que Ernesto Lamas, Taís Ladeira, Gabriela Ayzanoa, Argentine Olivas, Gustavo Gómez, Paula Castello, Alejandro Linares, Almeida Calleja, Carlos Rivadeneyra, Carlos Casares, João Malerba, Perla Wilson, Carlos Aparicio, Maru Chavez et Ximena Tordini, nous nous consacrons au redressement d’AMARC ALC.

Il y a eu beaucoup de progrès, il y a eu des avancées législatives significatives, mais il y a aussi toujours un manque dans ce domaine. Nous devons aller de l'avant en maintenant notre indépendance des autorités de réglementation et les gouvernements doivent comprendre que nous sommes un mouvement autonome. Notre engagement est dédié à la démocratie. J’insiste qu'il est maintenant plus important que jamais de renforcer le cadre de la communication populaire, nous ne pouvons pas rester uniquement dans le plaidoyer et les aspects législatifs, ce qui est bien sûr sont fondamental, mais nous devons également faire avancer le mouvement à travers la production de contenus et une pratique de communication populaire.

e2Le 18 novembre 2014, l' Association des Stations de Radio Indépendantes Syriennes (ABRAJ) a été lancée. Son but est de créer et de soutenir de nouvelles stations de radio locales dédiées à promouvoir un accès facile à l'information en Syrie et à fournir un contenu équilibré qui tient compte des besoins de la population. L'organisation développe également des mécanismes en solidarité des stations de radio et des journalistes se trouvant dans des situations d'urgence.

Les stations de radio suivantes ont créés l’ABRAJ: Alwan Radio, Arta FM, Hara FM, Nasaem Syrie, Radio ANA et Sout Raya Radio. Ce sont les premières à participer au projet. L'ABRAJ est sans but lucratif et n’est affiliée à aucun parti politique. Elle ne supporte aucun groupe armé ou religieux. L’ABRAJ vise également à habiliter les stations de radio indépendantes syriennes à travers des cours de formation afin d'améliorer le niveau du journalisme et des pratiques de gestion. De plus, elle fournira les infrastructures et les technologies permettant la diffusion.

Plus d'informations, nouvelles et mises à jour pourront être suivies sur www.abrajsy.org