Mars 4, 2018. MONUIK, l'Union des radios non commerciales en Suisse, a reconnu avec un grand soulagement le résultat du vote national rejetant l'initiative NoBillag. MONUIK reste déterminé à faire en sorte que les minorités ont des plateformes de communication et d'expression et qu'ils sont habilités à utiliser ces plates-formes.

"Le vote est aussi une reconnaissance du travail de milliers de bénévoles à travers la Suisse pendant plus de 30 ans.", a commenté Lukas Weiss MONUIK Président. Neuf des dix-sept locale, radios non commerciales membres de la MONUIK fonctionnent grâce à une licence et aurait été directement mis en danger par la NoBillag initiative.

radios MONUIK reçoivent environ 5 millions de francs suisses par an des droits de licence, ce qui revient à 1.40 Francs par an et par ménage (1.20 Euro par an et par ménage). membre du conseil et coordinateur de la campagne Salvatore pitta ajouté: "Comme les radios communautaires MONUIK sont libres de la publicité, les contributions du montant de la redevance à environ 58% de notre budget annuel. L'acceptation de l'initiative aurait eu un impact de nos activités mal et nous ont forcés à réduire massivement les activités de production et de formation."

Défis à venir

Les licences et la partie correspondante de la redevance dont les radios communautaires en Suisse bénéficient aujourd'hui sont directement liés à la transmission du programme via FM. Le FM arrêt en Suisse aura lieu seulement dans quelques années. "Cela signifie que nous serons confrontés à de nouveaux défis», Souligne Lukas Weiss MONUIK Président. "Le résultat du vote d'aujourd'hui nous donne un mandat clair des citoyens suisses pour que les minorités continuent d'avoir accès et sont habilités à utiliser les plates-formes de communication et d'auto-expression « .

Pour plus d'informations, s'il vous plaît contactez:

Lukas Weiss, Président MONUIK: Tél.+41 (0) 79 373 22 33president@unikomradios.ch

Salvatore Pitta, membre du Conseil MONUIK: Tél.+41 (0) 76 606 77 00salvatore.pitta@stadtfilter.ch

Le secteur des médias communautaires est défini par la loi de médias suisses comme « complémentaire » au service public et la radiodiffusion privée. Ses principales missions sont de fournir un accès libre aux installations de production de médias et de la formation, pour produire des locaux, divers contenus culturels et complémentaires et de fonctionner sur une base sans but lucratif. Des milliers de bénévoles, y compris les citoyens issus de l'immigration et handicapées, participent activement à la production et la gestion des stations de radio MONUIK. Les programmes sont diffusés dans plus de 30 langues et donner de l'espace aux nouvelles locales, la musique, la culture et la couverture des sports. Ils expérimentent de nouveaux formats et offre interculturelle spécifique, formations multilingues pour les producteurs de médias de tous les âges.

radioMontréal, Septembre 21, 2015. Plus que 250 praticiens de radios communautaires se sont réunis à Accra, Ghana, en Août à participer à la 11e Conférence internationale de la Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires (AMARC). Cet événement unique a permis d'aborder les questions liées au développement, durabilité et la croissance de la radio communautaire dans le monde.

Un des points forts de l'AMARC est qu'il peut compter sur les journalistes talentueux, producteurs et artisans qui travaillent sans relâche dans les nombreuses stations qui composent le réseau. Grâce à ce soutien, AMARC lance un programme international de campagnes radiophoniques thématiques proposant du contenu produit par la radio communautaire.

Structuré autour de différents thèmes tels que le changement climatique, développement rural, l'égalité des sexes, minorités culturelles et linguistiques, Les peuples autochtones et autres sociale, questions économiques et politiques, ces campagnes radio viseront à souligner l'importance du travail de la radio communautaire comme la voix des communautés. En outre, ils vont relayer à l'échelle mondiale, la qualité et la diversité des voix du réseau.

En lançant ce programme international de campagnes de radio, AMARC souhaite renforcer son soutien aux membres du réseau, ses liens avec des partenaires dont la voix porte, promouvoir l'accès à l'information et transmettre les messages des populations marginalisées.

Francesco Diasio, Secrétaire général de l'AMARC, dit l'objectif de ce fonds est double:“Ceci est d'encourager la participation des stations de radio communautaires dans les débats de la société civile, de renforcer les liens avec les communautés et à soutenir les producteurs pour assurer la stabilité des radios”.

Nous espérons que vous serez nombreux à participer à ce nouveau programme. Rejoignez-nous!

Accédez à la page de la campagne radio.

Mots clés: campagne , financement , nouvelles

Par Michael Nicolai (Radio Corax) – Après deux mois, le nouveau gouvernement du Christ-démocrates et sociaux-démocrates est venu à leur accord de coalition. Grâce à ce que la situation des trois radios communautaires en Saxe pourrait améliorer. Parce que dans l'accord, il est écrit que "médias communautaires (radios non commerciales) doit être obtenir plus de soutien. Une modification de la base légale apportera déclencher une l'amélioration du financement travers que les radios communautaires assureront leur diffusion et ils obtiendront une sécurité de planification à moyen terme ".

Jusqu'à aujourd'hui, les radios communautaires de Saxe ne obtiennent aucun financement de l'autorité des médias de l'État. L'autorité toujours justifié le refus de financer à même les frais de diffusion à la disposition manquant de la loi. Le BFR (association de radio communautaire nationale) exige une modification de rapidement de la loi sur les médias saxonne de fournir un financement public pour les radios communautaires saxonnes Bleu Radio (Leipzig), Radio T (Chemnitz) et Coloradio (Dresde).

Autorité de la Radio et de la télévision a accordé DEK 17,5 Million (2,35 Millions d'euros) à 175 radio locale associations exploitation non commerciale (la radio communautaire) pour 2014. La subvention maximale par association est DEK 105.365 (14.124 euro) et est basé sur le taux par heure de programme de DEK 135,08 (18,11 euro).
Au total, le secteur communautaire recevra DEK 43,8 Million (5,87 Millions d'euros) pour 2014 dont 40 % pour la radio et 60 % pour la télévision. Les subventions sont financées par les frais de licence de médias (frais de licence de l'ancien récepteur de télévision).

Mots clés: Danemark , financement