Today is International Feminist Radioday! The International Feminist Radioday today will feature over 24 hours of feminist content from over 12 editorial teams in 3 german-speaking countries. The broadcasts will include content against the patriarchy with feminist music, interviews, stories, features, shows and discussions.

Why do we need a feminist radioday?

According to a study by the ZHAW less than 39% of the people who shape what we listen and see in Switzerland are women. ProQuote claims that only 2 of 12 public radio stations are directed by women. In these statistics people who identify as trans*, inter or non-binary are not even visible. Chief editors are usually male, the images of women and girls in media are full of clichés, many journalists suffer from sexual assaults at their workplace, topics are distributed according to gender roles – the list of reasons to focus on feminist media coverage is long. Community radios are non-commercial, open and self-determined and have therefore functioned as platform for those, who’s voices are often not heard. The working conditions for women, inter, non-binary and trans are therefore less harsh than in mainstream media. Nonetheless patriarchal power-structures are also present in our field of work. It is mostly male voices which we hear, also in community radio. In 2017 many editorial teams met for the feminist radio event “Claim the Waves” in Zurich. They decided to network and annually claim the airwaves together on the 21st of October. Feminist journalism means to these editorial teams, that they broadcast their own views, music, topics and listen to people and stories which are usually ignored.

The program schedule is available onhttps://claimthewaves.noblogs.org

Community radio stations must incorporate the gender perspective in their organisational structures and content, as indicated in paragraph “J” of the Beijing Platform for Action

STRASBOURG, 28/09/2017.Le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe a adopté un point de repère Recommandation sur l'égalité des sexes dans le secteur audiovisuel.
Cela fait suite à la Déclaration du Conseil de l'Europe Conférence de Sarajevo qui a été adopté en Août 2015 dans la présidence de Bosnie-Herzégovine du Comité des Ministres.

La recommandation a été rédigée par un large éventail d'experts internationaux de fonds et les diffuseurs en Conseil de l'Europe Etats membres, avec les commentaires des représentants des organes de l'industrie et des universitaires de premier plan.

Il est la première recommandation paneuropéenne de reconnaître les problèmes inhérents à l'industrie dans une perspective de genre, y compris:

- le manque de prise de conscience de la prévalence de l'inégalité entre les sexes;
- les préjugés sexistes conscient et inconscient à tous les niveaux et
- la répartition inégale du financement des contenus audiovisuels entre les femmes et les hommes;

et de promouvoir une variété de solutions pratiques pour résoudre ces problèmes.

La recommandation invite les gouvernements du Conseil de l'Europe Etats membres à:

- revoir leur législation et des politiques;
- collecter, surveiller et publier des données;
- la recherche de soutien;
- encourager le développement continu de l'éducation aux médias et
- améliorer les processus de reddition de comptes.

Il contient également une série détaillée de méthodes de surveillance et d'indicateurs de performance pour aider tous les secteurs de l'industrie audiovisuelle dans la collecte des données et prendre des mesures cohérentes sur leurs conclusions. De plus, il y a une liste pratique d'outils de référence pour le développement des connaissances dans ce secteur. des activités de sensibilisation seront organisées pour diffuser les meilleures pratiques et de partager le savoir-faire.

Le fonds cinématographique Eurimages a joué un rôle dans la fourniture de savoir-faire pour le contenu de la recommandation aux côtés du CDCPP (Comité directeur de la culture, du patrimoine et du paysage) et en fait Eurimages a toute une série de mesures visant à promouvoir l'égalité entre les sexes dans l'industrie cinématographique. Voir: https://www.coe.int/t/dg4/eurimages/gender/gender_en.asp

Eurimages est un fonds de soutien pour la coproduction cinématographique, la distribution théâtrale et exposition créée par le Conseil de l'Europe en 1988 (Eurimages@coe.int -https://www.coe.int/Eurimages).

Depuis sa création en 1988, Eurimages a soutenu 1862 coproductions européennes pour un montant total d'environ 553 millions €.

Les 7 et 8 Décembre 2015 parties prenantes, notamment l'Alliance mondiale sur les médias et le sexe (GAMAG) membres, les organisations des Nations Unies, des représentants gouvernementaux de haut niveau, les organisations régionales et internationales de développement, le secteur privé, les organisations de médias et d'organisations de la société civile se sont réunis au Palais des Nations à Genève au dialogue sur la nécessité de la coopération au développement international sur le genre et les médias.

Cette réunion a été organisée par l'UNESCO en coopération avec le Gouvernement de la Grèce, GAMAG, UIT, ONU Femmes, le HCDH et d'autres organisations des Nations Unies.

Plus de 200 participants de 65 pays activement engagés dans des discussions portant sur des sujets et des défis liés aux médias et à l'égalité par le biais d'une série de haut niveau des séances plénières et des tables rondes thématiques.

Les intervenants ont convenu à l'unanimité sur la Cadre de Genève sur le genre et médias Coopération internationale pour le développement.

unescowomen

Montréal, le 6 mars 2015. L' Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires (AMARC) s’associe à l'UNESCO et l'Alliance mondiale genre et médias pour «Les femmes font l’info» 2015. Sous le thème «Oui nous devons! Atteindre l'égalité des genres dans les médias en 2030», cette initiative vise à faire avancer la participation des femmes dans toutes les sphères de médias ; de la plume, au micro à la haute direction.

Partout dans le monde, les radios communautaires sont un lieu privilégié où les femmes peuvent faire entendre leur voix, trouvent un espace de discussion, d'autonomisation et d'émancipation. Ces radios sont des vecteurs d’éducation, de culture, de partage et de développement des connaissances. Grâce à elles, les femmes peuvent faire valoir leur rôle en tant qu'acteurs sociaux de premier plan.

"Le 8 mars, nous célébrons la contribution des femmes à la lutte pour la liberté d'expression et le droit de communiquer. Nous saisissons également cette occasion pour répéter qu’encore aujourd’hui trop de femmes souffrent de discriminations dans le domaine des médias et que nous devons travailler à une représentation égale sur les ondes“, a déclaré María Pía Matta, présidente de l'AMARC.

Dans la poursuite de ses projets et dans le cadre de sa mission, l'AMARC défend l'égalité des genres et renforce l'importance du rôle joué par les femmes dans le domaine de la communication et des médias. Lancée au début de 2015, ‘’Vers Beijing 20’’, une série radiophonique internationale produite par l'AMARC, en collaboration avec ONU Femmes célèbre les voix des femmes dans le monde, met en lumière des questions importantes liées aux femmes et partage des histoires soutenant une cause universelle. Grâce à ces programmes, l'AMARC souhaite supporter l’autonomisation des femmes journaliste, commentatrices et journalistes et leur donner du temps en ondes. Un autre outil important à la réalisation de l'égalité des sexes dans les stations de radio est la Politique de genre pour la radio communautaire (GP4CR) qui a été développée par le Réseau des femmes (RIF) de l'AMARC Asie-Pacifique et adopté par l'Assemblée générale mondiale de l'AMARC en 2010 à La Plata en Argentine. Ce document est disponible en plusieurs langues.

Le 8 mars, l’AMARC appelle tous ses membres, partenaires et amis à continuer de travailler pour atteindre l'égalité des genres et à s’engager pour accorder l'égalité du temps d'antenne aux femmes. Ensemble, atteignons l'égalité des genres dans les médias en 2030!

-

Grâce à des services aux membres, au réseautage et la mise en œuvre de projets, l'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) réunit plus de 4,000 radios communautaires, fédérations et alliés des radios communautaires dans plus de 150 pays. Le Réseau international des femmes (RIF) de l'AMARC est une grande assemblée de communicatrices travaillant pour assurer le droit des femmes à participer et à communiquer par la radio communautaire.