Nous sommes très heureux et fiers de célébrerun an de vie de Radio Civic, la radio communautaire née en Roumanie grâce aux énergies générées par le projet Grassroots Radio.

Cela fait un an que les premiers spectacles, rythmes, des nouvelles ont été diffusées à la radio:

"Je suis Mira, de Radio Civic et je présente l'interview avec… "

"Je suis Jean Trofimov, de Civic Radio et je vous invite à écouter Local Jukebox… "

"Je suis Raluca Lisov, de Radio Civic et je vous apporte "Vorba buona".… "

"Je suis Alin Gabriel Varenic, de Radio Civic et je veux vous raconter l'histoire des Cosaques zaporozhiens et des histoires en langue ukrainienne.…

"Je suis Simona Ana Fortan / Claudia Titu / Cristina Abaianet, de Radio Civic et je vous présente les nouvelles du jour… »

"J'ai Elena Cristea, de Radio Civic et je vous présente le guide beauté »

"Je suis Sineta Badea Cazacu et je vais vous raconter l'histoire du soir".

Ce sont les gens, ainsi que l'engagement et les soins extraordinaires d'Adi Voinea, Dan Manea, liane Ganea, Mircea Toma et Irina Zamfirescu, qui façonnent les émissions de Radio Civic et ont rendu possible l'existence de cette radio communautaire.

Radio Civic diffuse des programmes audio dédié aux publics appartenant aux communautés rurales de Sfantu Gheorghe et Vârvoru de Jos. Dans un ances stations communautaires ont beaucoup grandi, organiser des horaires de spectacles larges et diversifiés etla mise en œuvre des technologies de pointe la radio Grassroots est en mesure d'offrir. Et ils ne se sont pas épargnés même pendant la pandémie, quandils ont organisé une belle série de spectacles pour tenir la population correctement informée et encourager les auditeurs. Avec joie, nous transmettons aux résidents locaux, tous les jours, le pouls de la communauté, la tradition et l'histoire du lieu, la musique avec les voix d'or et les rythmes indubitables, les histoires de vie des anciens du lieu et les souhaits des jeunes de demain.

Grassroots Radio se joint à la célébration de Radio Civic en écoutant et en chantant «Blue Sea, Mer Noire »une vieille chanson traditionnelle, choral, réenregistré et réorchestré par Jean Trofimov. Jean apporte aux auditeurs de Radio Civic Sfântu Gheorghe, tous les jours, au jour le jour, depuis presque un an, le spectacle «Tonomat local». Mais Jean a également fait sa marque en sélectionnant la musique que Radio Civic diffuse tout au long de la journée.Dans cette interview, sous la direction de Mircea Toma et Mira Bălan, vous entendrez Jean parler de Sfântu Gheorghe, sur la population locale, sur sa carrière musicale et sur son implication dans Radio Civic. Et vous écouterez sa version de «Blue Sea, Mer Noire" ("Mer Noire, Mer bleue"). L'histoire continue! Joyeux anniversaire Radio Civic!

Comme le coronavirus se répand dans toute l'Europe, partenaires du projet Grassroots Radio (y compris l'Europe AMARC) consacrent leurs énergies à organiser des initiatives d'information pour maintenir les populations locales informées sur les données et les événements liés à l'urgence sanitaire. En outre, il y a des membres du consortium qui sont également actifs pour surveiller les décisions gouvernementales relatives à l'organisation de l'information sur le virus.

Tel est le cas de veille active, l'organisation des droits de l'homme roumain et membre du projet GR qui favorise la libre communication pour l'intérêt public. liane Ganea, membre de veille active et Reporters sans frontières ainsi qu'uncomposant actif du projet GR, répondu aux micros de Radio FRO, une diffusion radio libre en Haute-Autriche.

Une partie importante de laentretien est consacré aux mesures que la Roumanie est la mise en œuvre afin de contraste de fausses nouvelles. Liana a déclaré à Radio FRO que le gouvernement roumain a décidé que les autorités locales ne peuvent pas communiquer les données aux journalistes plus. Toutes les données sur les cas doivent être communiquer à un organisme central qui gouverne la crise. Ceci est un exemple du manque de transparence que le gouvernement a commencé à mettre en œuvre.

Les ONG sont achète plutôt de réagir contre ces politiques. La déclaration de l'état des mesures d'urgence a mis en place qui affectent la liberté d'expression, rendant le travail des journalistes et des ONG plus opaques et difficiles. L'une des conséquences de ces décisions est que le gouvernement peut demander aurégulateur télécommunications de supprimer tout site Web qu'ils pensent créer de fausses nouvelles. Selon Liane, ce processus est assez peu claire à la fois parce qu'il n'y a pas d'étapes intermédiaires jusqu'à l'arrêt et parce que les critères pour déterminer la qualité d'un contenu n'a pas été clarifiés. Selon Liane, Les autorités de l'État ont admis qu'ils ont perdu la trace du virus.

L'interview a été réalisée en anglais et compris entre minutes 11.45 et 23:00.

Grassroots Radio a été présenté aux Ethnographies of Collaborative Economi(est) Conférence, qui a eu lieu à Edimbourg (Royaume-Uni) en octobre 25, 2019. Phyllis Sciannamblo (AMARC Europe) discuté du document intitulé «Concevoir conjointement le travail de soins en collaboration par l'ethnographie», co-écrit avec Roberto Cibin (M-ITI), Petra Žišt (M-ITI), Chris Csíkszentmíhalyi (M-ITI), et Maurizio Teli (Université d'Aalborg). Le document aborde un certain nombre de questions - telles que l'importance de la langue pour l'engagement communautaire, la relation entre les environnements numériques et physiques, et points communs - tels qu'ils ressortent d'une conversation entre deux projets H2020 CAPS, Radio de base et commun.

La conférence s'est tenue dans le cadre fascinant du College of Art de l'Université d'Edimbourg, et a accueilli des chercheurs européens de nombreuses disciplines qui mènent actuellement des études ethnographiques des pratiques, cultures, systèmes socio-techniques et expériences vécues des économies collaboratives.

L'événement a été soutenu par leAction COST «Du partage à la bienveillance: Examen des aspects sociotechniques de l'économie collaborative » (CA16121, 2017- 2021), qui nourrit un réseau d'acteurs (chercheurs universitaires, décideurs, praticiens) qui travaillent à développer des modèles d'économie collaborative et des plateformes ainsi qu'à évaluer les implications sociales et technologiques de l'économie collaborative à travers une approche axée sur la pratique.

Les actes de la conférence sont disponiblesà ce lien.

L'AMARC a rejoint le6e Conférence de la Section de la recherche radio de l'Association européenne de recherche, d'enseignement et de communication (ECRE), qui a eu lieu dans le cadre magnifique de l'Université de Sienne (Italie), en septembre 19-21.

Plusieurs des discours intéressants et des morceaux de recherche ont été présentés, mettant en évidence la variété et la vivacité du secteur de la radio à travers l'Europe et au-delà. Le premier discours d'ouverture a été tenu par David Fernandez Quijada, Responsable du Media Intelligence Service, l'unité d'études de marché de l'Union européenne de radio-télévision (UER). Il a fourni quelques données intéressantes sur la situation de la radio en Europe. Dans la zone UER, Il y a plus que 12 mille stations de radio. Autour de la 90% de ce groupe est composé de stations FM analogiques, et les numériques sont, en ce moment, juste à propos de 15 cent (une grande majorité d'entre eux sont des stations DAB +). La plupart des stations européennes sont nationales, avec seulement 120 cas internationaux.

Passer aux habitudes de consommation radio, Fernandez Quijada a déclaré qu'en 2018, Des citoyens européens écoutent la radio, en moyenne, 2 heures et 22 minutes par jour: ceux-ci sont 4 minutes de moins que l'année précédente et 14 minutes de moins 5 années avant (2013). Les gens utilisent toujours ce média, mais le temps passé dessus a diminué. Cette tendance est également plus évidente chez les jeunes européens: dans 2018 ils ont écouté, en moyenne, 1 heure et 26 minutes par jour de radio: 5 minutes de moins que l'année précédente et 20 minutes de moins 5 il y a des années. Les citoyens européens contactés chaque semaine par radio sont toujours un grand groupe, le 84% (ce qui correspond à 420 millions d'auditeurs), mais aussi, dans ce cas, il y a une réduction (-1.7%) par rapport à 2013.

Il est intéressant de savoir que la radio est considérée comme le média le plus fiable dans la majorité des pays européens, à la différence de la Hongrie, La Serbie et la Grèce qui ont mis Internet au premier plan, tandis que le Monténégro, Albanie, Macédoine, La Bulgarie et la Turquie ont choisi la télévision.

En outre, AMARC Europea présenté un document en collaboration avec d'autres partenaires dans le cadre du projet Grassroots Radio. Le papier, intitulé «Favoriser la radio communautaire: le projet Grassroots Radio », discute des activités et des défis de la conception conjointe de radios communautaires dans les zones rurales.

Le jeudi 5e et le vendredi 6e of September 2019, le consortium Grassroots Radio a célébré la troisième assemblée générale du projet, hébergé dans le bâtiment convivial de 11.11.11. - la coalition d'ONG, syndicats, mouvements et divers groupes de solidarité en Flandre (Partie nord de la Belgique néerlandophone) - à Bruxelles. The meeting has seen participation of all the members of the consortium and been arranged byAMARC Europe.

11.11.11 headquarters

The first day updates concerning the activities in the different communities have been shared by local partners. John Walsh from Bere Island Project Club (BIPG) reported about the activities and efforts they put in place in order to foster community engagement with the radio. The community radio has started to broadcast the mass, supported by West Cork FM. The mass has been broadcasted in particular for those who cannot leave the house and for patients hosted in the community hospital. This was a very positive action benefitingBere Island’s community.

As for the setup of the radio stations in Romania, local partners ActiveWatch and MedAlert have informed about the two radio stations broadcasting 24/7 in the two communities of –Saint George and Vârvoru de Jos – with a commercial schedule and 25 volunteers involved. 3600 songs have been inputted to be broadcasted. The shows are different and are aimed at specific populations in the community. Par exemple, in the community of Sfantu Gheorghe, there is a show in Ukrainian-Romanian language, with different languages spoken.

The radio community engagement in the Portuguese island of Madeira is alsorather lively and in progress, with two communities involved: Curral das Freiras and Estreito. Radio shows have been started in the former, with live interviews from the community and first experimentations with the text-to-speech (TTS) technology set up.

After the updates from the local pilots in Romania, Irlande et le Portugal, the meeting went on with some exercises for the consortium members to get familiar with the evaluation framework arranged by the Irish partner University College Cork. Puis, updates from the technical partnerRootIO have been shared in order to collectively check up and discuss the improvements achieved with the work performed by the RootIO team. After one year from the beginning of the project, Jude and Andreea (the RootIO guys) have constantly gone back and forth andbring the technology to a stable level that the consortium can build from. Some technical issues – e.g. weakness of connectivity in some areas – have been discussed in order to reduce as much as possible the gap between communities’ expectations from the project and the results that a research action such as Grassroots Radio can concretely achieve. Positive news has been shared byCEREPROC about the development of the speech synthesis voices in English, roumain, and Portuguese. Scenarios about the implementation of TTS technologies have also been discussed in terms of accessibility, in case of audiences lacking connections or literacy.

The second day of the general assembly has been dedicated to discussions aroundgouvernance, durabilité, and management of community radio. The group has also been involved in evaluation sessions with exercises providing a reflective guide to see whether we are meeting our goals, and also how we might capture our goals.

The last session has been focused on the preparation for the mid-term review the consortium is going to face the next week in Brussels. Given the updates and results shared during the assembly in Brussels, we are quite confident Grassroots Radio will give a positive impression to out evaluators. We will keep you posted! Bye for now, and fingers crossed!