Ce que les gens font dans leur quartier pour lutter contre le virus et ses conséquences sociales? Qu'est-ce que demander au gouvernement? Les radios communautaires diffusent le réseau REMC un programme spécial 2 heures du dimanche 29 Mars, entre les 11 et les 13.00. Ce sera « Les autres coronavirus ».

Écoutez le programme en cliquant ici

Il abordera la situation desles gens et les quartiers pauvres, et réseauxsoutien mutuel Ils apparaissent dans différentes régions du pays. discuter de lapropositions citoyenneté et les mouvements sociaux, comme le plan social Shock. nous demandonsfaire face à l'accouchement et nous découvrons qu'il est préférable d'ignorer quelques chansons ces jours-ci (Ils sont les antihimnos).

Enfin, nous réfléchissons sur le rôle des médias communautaires dans une crise, en cas d'urgence, avec de nombreuses branches comme le Covid 19. Écoutez-nous sur votre radio communautaire le plus proche ou dans ce lien.

Impliqué envoyer des messages vocaux au nombre644 737 303.

Mots clés: couronne , covid19 , REMC , Espagne

“Les graines ont été plantés. Maintenant, nous allons les arroser”, explique le nouveau président du Community Media Network REMC, Mariano Fernandez Cabarcos.

Il est la meilleure image pour décrire les décisions prises à l'assemblée du REMC (réseau espagnol de médias communautaires) tenue à A Coruña, Galice, 13-14 Avril 2018. Les médias communautaires vont planifier des actions et créer des alliances pour garantir le droit de communiquer de la citoyenneté aux niveaux autonomes et de l'État de l'administration, ainsi que dans le domaine social et politique. Ces nouvelles initiatives font partie d'un plan d'action qui vise également à renforcer le réseau et ses partenaires.

La stratégie politique et juridique du REMC montrera que la discrimination subie par les citoyens impliqués dans les médias communautaires est une violation des droits de l'homme. Il nous distancie “incompréhensiblement” des normes européennes et internationales et doit être résolu “de toute urgence et de manière adéquate”, Fernandez mettent l'accent sur Cabarcos.

Cette Assemblée a également servi à soutenir CUAC FM et rendre visible l'impact créé par l'interdiction de la station de radio à diffuser en FM imposée par la Xunta de Galicia (gouvernement autonome), après le 21 années de service de cette station communautaire aux citoyens de La Corogne. Plus d'informations en espagnol iciet ici.

AMARC président de l'Europe Michael Nicolai, a exprimé son soutien à CUAC FM et le mouvement de la radio communautaire espagnole et gratuit via la vidéo.

AMARC Europe soutient pleinement CUAC FM dans leur conflit avec l'autorité de régulation et appelle à toutes les parties à soutenir les droits des médias libres et humains.

APPEL À L'ACTION: S'IL VOUS PLAÎT Signez ici LE MANIFESTE!

BRIEFING

Avec cette déclaration, nous cherchons à défendre l'exercice de la liberté d'expression par des moyens, spécialement les médias communautaires.

Les radios communautaires sont sans but lucratif, pluriel et indépendant des espaces de communication libre qui servent leur communauté tout en respectant un but social. Elles sont espaces démocratisant qui encouragent la la cohésion sociale et l'éducation aux médias entre la citoyenneté. Les médias communautaires sont droit pour les citoyens qui est expressément reconnu par la loi (Loi sur l'audiovisuel Communication générale 7/2010) mais pas par le gouvernement.

Cuac FM est en attente 21 ans pour une licence de radiodiffusion à accorder. Après 7 années, le gouvernement refuse toujours de réglementer les services de communication communautaires existants. Au contraire, l'administration publique a lancé une procédure de sanction, menaçant la station de radio avec une amende pouvant aller jusqu'à 200,000 €. Cuac FM a dû arrêter la diffusion par la 103.4 cadran FM, et demain la même chose pourrait arriver à l'un des plus 300 stations de radio gratuites dans tout le pays.

Dans cette déclaration, nous revendiquons notre droit à la liberté d'expression et de communication, et nous exigeons:

(1) que les fichiers sanctionnant actuellement ouverts contre Cuac FM et d'autres médias libres et la communauté du pays sont fermées immédiatement

(2) L'octroi d'une autorisation temporaire afin que Cuac FM peut continuer à fournir un service de diffusion communautaire, comme indiqué dans la 7/2010 Acte.

(3) La rédaction d'une loi sur la communication où tiers des entités du secteur bénéficient d'un traitement égal et une partie de l'espace de la radiodiffusion est réservée aux médias communautaires, Ce qui garantit également la pérennité de ces médias comme preuve de pluralité d'informations, du droit de la citoyenneté pour accéder aux médias, la diversité culturelle et la démocratisation des médias.

(suite…)


Le secteur des médias communautaires a été mis au point en Espagne depuis les années 80. Cependant, Médias communautaires reconnaissance juridique a eu lieu 20 des années plus tard, lorsque l'Etat a approuvé la nouvelle loi sur la communication audiovisuelle générale 7/2010, de Mars 31, 2010 . Plus de six ans se sont écoulés et personne ne la radio communautaire a été récompensé par une licence de radiodiffusion. En dépit des demandes formulées par le REMC (Espagnol Community Media Network), par plusieurs radios communautaires et d'une télévision, ainsi que par plusieurs gouvernements régionaux[1], le gouvernement n'a pas publié des fréquences pour ce genre de services, soit en radio ou de télévision, ni n'a établi aucune procédure pour les demandes de licence médias communautaires. Aussi, le gouvernement national a ignoré les rappels juridiques répétées du Médiateur.

Différents gouvernement régional a également exclu les médias communautaires dans plusieurs processus de distribution des licences se rapportant à l'absence de réglementation nationale en ce qui concerne ce type de stations de radio. La seule façon d'obtenir des licences de radiodiffusion participe à des concours de licences de radiodiffusion commerciale. Très rares occasions certains médias, dans les petites villes, les médias communautaires ont été en mesure d'obtenir une licence commerciale.

L'approbation de la loi sur la communication audiovisuelle générale prévue n'a pas apporté une amélioration de la situation juridique des médias communautaires espagnols. On pourrait même dire que la situation est aggravée parce que la radio et la télévision des licences ont continué à distribuer, à l'exclusion des radiodiffuseurs non commerciaux et moins d'espace est laissé dans le spectre radio pour les stations sans licence qui luttent pour les fréquences libres dans le cadran. Cette situation met en péril la viabilité ou fortement la continuité des petites stations de radio dans certaines villes.

En réponse à cette situation, le Community Media Network (REMC) promu plusieurs recours devant les tribunaux. Cependant, les tribunaux ont examiné aucun de ses arguments et les ont également condamné au paiement des frais de justice. En dépit de cette situation, une centaine de stations de radio et 3 la télévision communautaire poursuivre leur activité de diffusion face à des fermetures possibles et des amendes élevées.

[1]     Réponse du gouvernement à l'initiative parlementaire 184/000475 BOCG. Congrès des députés No.. D-76 17/04/2012 p.: 42 https://www.congreso.es/public_oficiales/L10/CONG/BOCG/D/D_076.PDF#page=42

Pour plus d'informations (en espagnol) www.medioscomunitarios.net ou contacterJavier García. Remco. javito.almenara@gmail.com  pour info aussi en anglais.

l'EspagneLa dernière Institut International de Presse (IPI) rapport de pays a trouvé “dangers évidents pour la libre circulation de l'information” dans l'État espagnol. Il a également souligné que l'absence de mise en œuvre du 2010 Dispositions de loi sur l'audiovisuel sur la réglementation de la radio communautaire est une menace pour les citoyens droit de communiquer.

“IPI est troublée par le refus du gouvernement espagnol pour se conformer à l'obligation d'élaborer un cadre réglementaire pour les médias communautaires. Cette inaction viole manifestement le droit des médias communautaires à fonctionner comme une partie d'un environnement pluraliste des médias aussi clairement établi par la 2010 Loi sur la radiodiffusion.”

De plus, le rapport IPI souligne les dangers posés par la législation controversée de la sécurité publique, tel que le “Loi Gag” la “Droit Gag”. “Entre autres, la loi punit l'utilisation non autorisée des images de policiers, ainsi que l'échec de montrer le respect envers la police, avec de lourdes amendes. La mesure était devenue un paratonnerre à partir du moment où il a d'abord été annoncé, comme il a été mis en avant dans le milieu d'une vague sans précédent de manifestations publiques en Espagne, dont beaucoup étaient une réponse au programme d'austérité du gouvernement actuel, et qui ont impliqué des affrontements entre la police et des manifestants ainsi que, dans certains cas, cas de l'agression présumée de la police contre les journalistes. Alors que le Parti populaire a caractérisé la loi comme nécessaire pour protéger l'ordre public et de prévenir la violence, il mène un combat solitaire dans la cour de l'opinion publique nationale et internationale,” avertit le rapport.

L'IPI a également appelé le gouvernement espagnol à restaurer l'indépendance du radiodiffuseur public du pays. “En avril 2012, cinq mois seulement après la prise du pouvoir, l'actuel gouvernement a publié un décret exécutif démolition l'exigence d'une majorité parlementaire des deux tiers lors de la nomination des membres du conseil exécutif du radiodiffuseur public espagnol. La nouvelle procédure permettant à la désignation par la majorité absolue permet à la partie une influence indue au pouvoir sur la composition du conseil d'administration et, par extension, positions éditoriales clés. Depuis le changement, RTVE a été assiégée par des accusations de partialité et la manipulation de la couverture des nouvelles, conduisant à une plainte devant le Parlement européen en Avril à 2015.”

De plus, Le rapport dénonce l'absence d'un organisme de réglementation indépendant, comme “dans 2013, le Parlement Parti Populaire contrôlée a adopté une loi de jeter une réalisation majeure de l'Espagne 2010 Loi sur la radiodiffusion générale: la création d'un organisme indépendant, régulateur de diffusion spécifique au secteur, quelque chose de l'Espagne avait déjà manqué. Le 2013 la loi a roulé les fonctions de la réglementation de la radiodiffusion dans un "superregulator" - avec des compétences supplémentaires au cours aéroports, les chemins de fer, le service postal et le marché de l'énergie - dont 10 les membres sont nommés directement par le gouvernement sans consultation du Parlement.”

Rejoindre le Institut International de Presse (IPI) en délivrant les recommandations sont le Committee to Protect Journalists (CPJ), le Fédération Européenne des Journalistes (FEJ) et sur la base du Madrid-Plate-forme pour la défense de la libre expression (PDLI).

Lire le rapport en ligne / Télécharger

Mots clés: Loi Gag , Droit Gag , nouvelles , Espagne