UNESCO is seeking nominations for UNESCO/Guillermo Cano World Press Freedom Prize 2020.

This Prize was established by UNESCO’s Executive Board, in 1997, in honour of Guillermo Cano, a Colombian journalist who died in the exercise of his profession. Its purpose is to reward each year a person, organization or institution that has made a notable contribution to the defence and/or promotion of press freedom anywhere in the world, especially if risks have been involved.

Awarded annually, on the occasion of World Press Freedom Day (3 May), the Prize is marked by a ceremony and the winner is presented with the sum of US$25,000. In 2020, the Prize is scheduled to be awarded on 23 April.

The UNESCO has announced this year’s topic for the World Radio Day: Diversity.

“Radio is a powerful medium for celebrating humanity in all its diversity and constitutes a platform for democratic discourse. At the global level, radio remains the most widely consumed medium. This unique ability to reach out the widest audience means radio can shape a society’s experience of diversity, stand as an arena for all voices to speak out, be represented and heard. Radio stations should serve diverse communities, offering a wide variety of programs, viewpoints and content, and reflect the diversity of audiences in their organizations and operations. “

For more information visit the World Radio Day websiteici

AMARC Europe invited Damian Loreti (Board AMARC International) to reflect on this year’s presse de l'UNESCO Liberté journée sujet: « Médias pour la démocratie: le journalisme et les élections en temps de Désinformation »

In 2016 the Oxford Dictionary chose the term “post-truth” as the word of the year, in a context in which the incessant circulation of information mediated by social networks today has put us in front of the need to discern between exact news , inaccurate, true or false (fake news).

In many cases we talk about specially developed information (or content) aimed at carefully developed user profiles, based on the non-consensual use of personal data (interests, friends, schedules, cultural consumption, etc.). These are forms of communication assisted by filters based on algorithms or artificial intelligence that process huge volumes of data and can self-perfect their performances (machine learning), initially to publicize products. Digital platforms, initially unaware of the information/opinion/entertainment relationship, have begun to worry and put in place measures to mitigate what they will consider as manipulation. For this they decided to appeal in some cases to third instances of verification. Although it is not the central motive of this collaboration, it would also be necessary to meditate on who verifies the verifiers because the complaints of those contracted by these companies are already public due to pressures of a different nature.

Damian Loreti a reçu un doctorat en sciences de l'information de l'Univ. Complutense de Madrid et est avocat et chargé de cours en mettant l'accent sur la liberté de l'information au Département Communication de l'Université de Buenos Aires.

L'incidence de faux ou pas tout à fait vrai nouvelles, il est supposé, avait influé sur le résultat des processus politiques cardinales de la réalité du monde comme l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, le référendum pour le départ de la Grande-Bretagne de l'Europe Union (Brexit) ou le plébiscite pour l'accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC et l'élection présidentielle au Brésil. Cependant, tout est pareil.

When we speak of post-truth, according to Oxford, we refer to “circumstances in which objective facts have less influence on the formation of public opinion than appeals to emotion and personal belief”. That is, the reinforcement of a certain ideological perspective through emotional elements or rather a kind of “to each one what each one wants to hear”. In some cases, with inaccuracies, credibility, exaggerations or, in other cases, with smooth and plain fallacies. It would be, in some way, the non-relation between a proposition that is presented as legitimate and the facts to which it refers.

On the other hand, the fake news appear as news, stories, images or any type of falsified contents with a certain intentionality. That means putting into circulation with a deliberate objective of advocacy in the public sphere. This is not entirely new. In 1898, American press tycoon William Randolph Hearst sent the cartoonist Frederic Remington, who telegraphed his boss from Havana saying: “Nothing special. All is calm. There will be no war. I would like to go back”. Hearst’s strict response was: “Provide drawings, I will provide the war”. The subsequent putting into circulation of images and information that sought to act on feelings pushed the war. Thirty years later, in a similar way, but with innocent entertainment objectives, Orson Welles staged another war. Through the antennas of the Columbia Broadcasting System, a fictional extraterrestrial invasion was broadcast in “The War of the Worlds” but narrated with the construction tools of informative verisimilitude of the moment, which motivated enormous signs of panic in the streets of New York.

La discussion autour de la véracité des informations, la manipulation des données et des informations et la prolifération des rumeurs dans le but d'influencer la formation de l'opinion publique, bouleversant les résultats électoraux ou de générer des changements sur les marchés remonte, comme nous l'avons dit, beaucoup plus au-delà de l'émergence des réseaux sociaux.

Au contraire, elle se présente comme un défi inhérent à la mise en forme de la sphère publique et au rôle des médias dans la construction des stéréotypes, des idées consensuelles et la stigmatisation autour de la dissidence dans les démocraties contemporaines.

This context poses new challenges for community media. Especially in countries that have become refractory to participation as the soul of democracy, to “memory, truth and justice” policies related to human rights violations or even to the events of the wars that have taken place. But the challenges to be faced are no more serious than fighting for the consolidation of the sector in times (past and present) of persecution and dictatorships and autocracies.

The closeness with our audiences puts us in a place. Being close to our audiences puts us in a privileged place to be those who – as always – have to contribute to the right to communication and, above all, to have accurate information. This concept, which has generated great debates about its implications and consequences, is not a purely legal concept that has been debated.

Les radios communautaires ne ont pas besoin lois ou règlements, et moins on n'a pas besoin des ministères Vérité pour la façon dont nous sommes en train de vérifier véridiques et exactes. Quand nous persécute la raison ne se fonde pas à dire des mensonges. La raison en est notre recherche constante et obstinée de la vérité. La vérité est engagée aux valeurs des peuples, droits de l'homme, la démocratie et la justice sociale.

Le nouveau contexte nous oblige à être plus imaginatifs en termes d'alliances et l'intégration des technologies. Pour ne pas changer les principes. La création de réseaux communautaires qui font face aux monopoles d'infrastructures sont un exemple parmi d'autres.

Our reason for being – we said in the “14 Principles” – is to promote social development, human rights, cultural and linguistic diversity and the plurality of information and opinions, democratic values ​​and the satisfaction of social communication and peaceful coexistence. how to guarantee access and participation of all races, ethnicities, genders, sexual and religious orientations.

Les expériences enseignent que les propriétaires des plates-formes ne croient généralement pas dans ce domaine et qu'ils censurent aussi. Mais les censures tombent sur les plus vulnérables. Voilà pourquoi il est temps de ratifier nos croyances et principes. Par tous les moyens.

En Janvier et Février 2017, Michael Nicolai, président de l'AMARC Europe, en collaboration avec la radio-artiste Ralf Wendt (Radio Corax), a visité les radios communautaires indiens par invitation Chaire UNESCO sur les médias communautaires à l'Université de Hyderabad et a rencontré des représentants des radios communautaires indiennes à la UNESCO à New Delhi. Alors que les militants de la radio communautaire de l'Inde se sont intéressés à la situation européenne de la radio communautaire, et surtout leur rôle face à la situation des réfugiés et des migrants qui viennent en Europe, nous avons eu la chance de recevoir une introduction intensive à la situation indienne de la radio communautaire par professeur Vinod Pavarala, président UNESCO sur les médias communautaires, et son équipe, en particulier le professeur Kanchan K. Malik.

Depuis Sangham Radio dans le village de Pastapur a l'air en 2008, plus de 200 stations de radio ont commencé à diffuser dans toute l'Inde. Environ la moitié de ces radios communautaires indiens sont autorisés à des ONG travaillant dans le domaine de l'amélioration de la vie et de la situation des personnes alors que l'autre moitié est autorisé aux universités et aux centres de recherche agricole. La plupart des stations de radio ont été actifs dans les communautés de nombreuses années avant de commencer à utiliser la radio communautaire comme un outil social pour communiquer au sein de la communauté. Voici comment toutes les stations de radio communautaire que nous avons visités travaillent. Radio communautaire en Inde sont autorisés à diffuser dans un rayon maximum de 25 kilomètres.

Bol Hyderabad est une station de radio communautaire sur le campus situé à l'Université de Hyderabad, Gachibowli. En plus de fournir des informations à la communauté universitaire, la station diffuse toute l'année en quatre langues -Anglais, Hindi, Telugu et ourdou desservant les communautés dans un rayon de Gachibowli 15 km.

Bol Hyderabad de la communauté est extrêmement diversifiée, englobant les étudiants, les fonctionnaires, les éducateurs, les professionnels de l'informatique, des universitaires et d'autres résidents. Par exemple Bol Hyderabad fournira un temps d'antenne à un groupe d'enfants journalistes qui produisent des papiers peints jusqu'à nos jours à signaler des conditions inacceptables dans les bidonvilles de Hyderabad, où ils vivent, comme un moyen de changer et de contester leurs conditions de vie.

Sangham Radio, La première station de radio communautaire rurale de l'Inde, est autorisé à l'ONG Deccan Development Society. Its name, Sangham Radio fait référence à des collectifs de villageois locaux femmes et il est la partie du travail de la Deccan Development Society. Sangham Radio est destiné à donner une voix aux exclus en général et aux femmes en particulier.

Ceci est une radio appartenant, géré et exploité par les femmes des marges de la société, les gens qui ont été la plupart du temps exclus dans les forums publics. Sangham Radio met l'accent sur des questions telles que la souveraineté alimentaire, des semences souveraineté, santé autonome, marché autonome, et des médias autonome. Il aborde également des questions telles que la récupération de la culture, la langue et les traditions locales dans l'alimentation et l'agriculture, de la santé et de l'écologie.

Les émissions de radio à un rayon de 25 kms couvrant environ 100 villages et une population de près de 50.000 habitants. Il est frappant d'entendre que Sangham Radio ne diffuse deux heures par jour même si ils ont obtenu une licence 24/7. La raison pour cela, il est une politique très stricte envers l'utilisation de listenership de la radio: les femmes, pour qui le programme est fait pour, ne peuvent écouter Sangham Radio quand elles sont faites avec le travail, de sorte que les spectacles vont de sept à neuf dans la nuit quand ils sont rentrés des champs après une longue journée de travail.

Gurgaon Que Awaaz is a community-run platform in Gurgaon, a community located in the outskirts of New Delhi belonging to the district of Haryana. Its focus is on marginalised voices, mainly local villagers and migrant workers, specifically their culture, their key needs and their aspirations. In this way, Gurgaon Que Awaaz travaille sur la création d'une atmosphère de dialogue, en utilisant la radio comme outil de communication dans cette métropole inégale.

La vision de cette radio communautaire est de travailler à de meilleurs choix de moyens d'existence, un Gurgaon plus sûr, un meilleur environnement scolaire pour les enfants, l'accès aux services de santé pour tous, indépendamment de leur situation économique et leur domicile. Et surtout, est sur le point de communiquer les intérêts des communautés aux citoyens vivant dans la plage de transmission.

Dernière radio communautaire nous avons visité était Radio Mewat. Il a été mis en place avec le soutien financier d'un programme de développement des médias de l'UNESCO et a émergé comme un centre de communication important dans le district de Haryana. Il offre des programmes sur l'éducation, les moyens de subsistance, la santé, la préservation du patrimoine et des sujets liés au développement local local. Cette radio communautaire travaille également dans le domaine du journalisme citoyen. Radio Mewat bénéficie du soutien des organes directeurs locaux et les départements gouvernementaux, dont les campagnes il favorise parfois.

Outre grande diversité dans les racines, les lieux, les communautés et les philosophies individuelles au sein des CRs indiens, ils sont tous confrontés à deux principaux défis. Premièrement, il est le manque de soutien financier de la durabilité »sera réservé aux organisations. La nouvelle concession d'une allocation de 7 minutes par heure pour la publicité au lieu des 5 minutes autorisées avant, ne fait pas beaucoup de différence à la situation financière, le directeur de Radio Mewat, Archana Kapoor, explained: “…in an area like Mewat, with small clusters of local shops and a few scattered markets, where would one find local advertisers? It is difficult to find up to three minutes of advertising, let alone seven. Larger corporate houses have little interest in the target audience Mewat offers, and even if they were interested I’m not sure an independent CR station ought to accept such advertising uncritically.”

And the second problem is that the Indian government does only allow news to be broadcast by state radio. As the content regulation for CR by the Ministry of Information and Broadcasting states: “The permission holder shall not broadcast any programmes which relate to news and current affairs and are otherwise political in nature.”
Obviously this regulation is limiting the content of radio broadcasting tremendously, especially if the government has never defined more precisely what the forbidden content would be. The ban on broadcast of news is currently under legal challenge in the Supreme Court of India with the argument that it places unreasonable restrictions on freedom of speech and expression guaranteed in the Constitution. Regardless of the decision, especially as long as it’s not made, the Indian CRs will have to find the strength and resources to pool their forces and use their national federations to exert pressure on the government to change this futile regulation to achieve their full potential as societal tool. International support would be a helpful and reasonable task for AMARC!

IMG_3651Paris, 10-11 Décembre ici à 2015

Le nouveau conseil d'administration international de l'AMARC réuni à Paris pour lancer le processus de la planification stratégique vers la mise en œuvre du plan stratégique voté par l'Assemblée générale au Ghana en Août 2014. La réunion a eu lieu dans le siège de l'UNESCO, dans le centre de Paris.

Étaient présents Min Shahi (Népal) Vice-président exécutif, Palmira Velasco (Mozambique) trésorier, vice-présidents de Régions; pour l'Afrique Karamoko Bamba (Côte d'Ivoire); pour l'Asie-Pacifique: Ram Bhat (Inde); pour l'Europe: Soledad Galiana; le vice-président du "Réseau international de l'AMARC femmes» Adeline Nsimire Balika (République démocratique du Congo), et les vice-présidents suivants: Marie-Guyrlène Justin (Haïti), Yengwayo Kutta (République sud-africaine), Damian Loreti (Argentine) , et Sophie Toupin (Canada), et l'ancien président et coordonnateur du programme législatif, Maria Pia Matta; coordonnateur régional Asie-Pacifique, Suman Basnet et AMARC secrétariat général, Francesco Diasio.

Président de l'AMARC International, Emmanuel Boutterin a souligné comment cela a été la première occasion de la nouvelle planche de rencontrer face à face et de créer les synergies entre les différentes régions de l'AMARC à travailler ensemble au nom des membres.

IMG_3652

Partenariat entre l'UNESCO et l'AMARC

Mirta Lourenço, Chef de la Section, de communication et l'information de l'UNESCO, a accueilli les membres du Conseil. Lourenco travaille avec le pluralisme des médias et ils travaillent en cinq axes: l'égalité des sexes dans les médias à tous les niveaux, du contenu à des procédures de travail; éducation et la formation des médias, y compris les nouvelles technologies; Journée mondiale des radiocommunications (AMARC fait partie du comité qui organise ce jour); La participation des jeunes à la radio, un secteur clairement sous-représentés dans les médias; et la production de contenu de médias indépendants.

"Pour l'UNESCO AMARC est très important, car il réunit les radios qui travaillent dans la communauté, et l'UNESCO va promouvoir auprès des gouvernements du monde l'existence des radios communautaires. Nous voulons travailler en étroite collaboration avec l'AMARC. Nous voulons travailler en étroite collaboration pour créer un AMARC très forte ", a déclaré Lourenco.

IMG_3667La numérisation en Europe: DAB + perspective

Jean-Marc Dubreuil, directeur de programme France, DMB mondiale, a présenté les travaux de son organisation à l'Organe international. Il est prévu une présentation similaire par le représentant de la norme DMR dans le futur.

Dubreil expliquer qu'en raison d'une gamme complète de FM dans certains pays, il y avait un besoin pour la numérisation. Au Royaume-Uni, la Norvège, la Suisse et le Danemark, il existe un nombre élevé d'auditeurs des auditeurs de radio numériques. En Suisse et la Norvège ont décidé d'éteindre FM (2017 et en 2020 respectivement). Maintenant en Allemagne, Allemagne et Pays-Bas et en Italie, il ya eu une augmentation dans le nombre d'auditeurs numériques comme le nombre de chaînes numériques ont augmenté. En Italie, 70% de la population peut maintenant recevoir la radio numérique. Les Pays-Bas a décidé de lancer la numérisation en 2013, et d'intégrer tous les secteurs des médias dans les plates-formes. Certains autres pays européens, comme la France, la Belgique et la Pologne ont été envisagent la radio numérique. En France, ils sont maintenant dans le mouvement pour couvrir 93% de la population avec le DAB +. En France, ils commencent avec les services régionaux et locaux. Le radiodiffuseur public flamand émet déjà en DAB + en Belgique, et il parle français diffusion publique va commencer l'année prochaine. Le régulateur polonais a décidé de reporter la numérisation.

Il ya un problème avec DRM + en raison du nombre limité de récepteurs pour (DRM30) ou pas du tout pour DRM +. Ceci est un problème pour cette norme, et si elles ne garantissent pas qu'il n'y Au Royaume-Uni, la Suisse et la Pologne, ils expérimentent petite échelle DAB +, qui nécessitera un investissement initial de 80.000 euros pour l'émetteur.

Selon Dubreuil, DAB offrent plus de choix, une meilleure réception et de nouvelles fonctionnalités pour les auditeurs, tandis que pour les radiodiffuseurs, il apporte l'innovation, un meilleur ciblage des auditeurs et d'être rentable, et un niveau social, il est une distribution plus verte, plus grande pluralité et le pilote Sûreté et sécurité. Réseaux téléphoniques ne peuvent pas soutenir un volume élevé d'utilisateurs, que la radiodiffusion numérique peut faire. Il a également souligné que, pour la numérisation, pour réussir, vous devez avoir un bon contenu et la couverture, pour assurer appareils sont accessibles et pas cher (y compris les voitures). En France, il ya eu ce genre de communication.
Dubreuil estime que DAB est la future plate-forme de base pour la radio, surtout parce qu'il est la norme étant introduit par les gouvernements européens.

IMG_3670

Liberté d'expression et la sécurité des journalistes

Sylvie Coudray, Chef de la Section pour le Secteur de la communication et de l'information (CI) de l'UNESCO a fait une présentation sur la liberté d'expression et la sécurité des journalistes dont l'UNESCO est en cours depuis les 30 dernières années.

L'UNESCO participe à des enquêtes dans différentes parties de contact pour les parties prenantes et les gouvernements du monde. Karamoko Bamba a souligné comment en Afrique de l'Ouest, spécialement au Mali et en ivoire côtes, de nombreux journalistes ont été assassiner. Sylvie Coudray a souligné que la question de l'impunité est essentielle, car elle est le fait qu'il n'y a pas d'enquête adéquate et par conséquent pas de punition, il ne permet pas quand il vient à garantir la sécurité des journalistes. Il y aurait une réunion en Février traitant de la sécurité des journalistes et l'impunité. AMARC sera représentée et la réunion se concentrera sur la façon de fournir des outils pour la sécurité et contre l'impunité contre les journalistes et les médias, être partager expérience des meilleures pratiques, l'engagement avec les gouvernements, et explorer de nouveaux mécanismes pour assurer la sécurité des journalistes.

IMG_3675Journée mondiale des radiocommunications de 2,016

Jean-François Riffaud, coordinateur de la campagne de la Journée mondiale Radio, a parlé des préparatifs en vue de la Journée mondiale de la radio (13 Février 2016). Cette année, l'accent serait mis "Radio dans les situations d'urgence et de catastrophe". anit se penchera sur cinq situations spécifiques:

  • Libéré d'expression (une situation de catastrophe ou d'urgence ne doit pas être une excuse pour restreindre la liberté d'expression)
  • Radio autonomisation des survivants et des personnes vulnérables, dont le droit à la vie privée doit être respecté. Ceci est la raison pour laquelle l'UNESCO défend les radios communautaires, car ils sont la voix des personnes vulnérables.
  • Radio sauve des vies. Radio prépare les gens à la réponse aux catastrophes et les aide à reconstruire leurs fichiers après une catastrophe.
  • Accessibilité immédiate des fréquences radio est essentielle pour sauver des vies. Il ya fréquences d'urgence qui sont réservés pour ce genre de situations, mais ne sont pas respectés par certains opérateurs de radio.

L'UNESCO a déjà créé une campagne médiatique et il est la préparation du matériel pour mettre en évidence les cinq message, car ils travaillent à la fois visibilité et issues.They contenu sont la préparation de courtes interviews, des documentaires, des éléments et des histoires à construire vos programmes, et des jingles de promouvoir World Radio Jour. Le site Web sera lancé le 11 Décembre 2016, où les participants seront en mesure de vous inscrire. radioworldday.org

UNESCO créera 12 heures de programmation qu'ils diffuseront le 13 Décembre. Ceux-ci sont été produites par différents publics une stations.It commerciale est possible de collaborer avec cette émission en contactant les organisateurs de la Journée mondiale de la radio.