Nous sommes heureux d'annoncer le lancement du nouveau site web et de l'Europe AMARC vous présenter quelques-unes des nouvelles fonctionnalités sur le site.

L'idée principale derrière le relancement du site était de simplifier et mettre à jour la structure complète du site et le rendre plus facile pour vous de trouver le contenu pertinent pour vous et accéder aux informations du site.

Aperçu du projet

Donc, nous avons créé une section de projet distinct. Dans cette section, vous trouverez des résumés et des articles pertinents sur le courant et anciens projets européens AMARC. Dans la vue du projet détaillé dans lequel vous trouverez des informations sur le projet, les objectifs du projet, les partenaires, la durée et les principaux résultats du projet.

Carte membre

La section d'élément est la cartographie tous les membres, organisations, les individus et les partenaires Europe AMARC collabore avec. Dans une prochaine étape, la carte sera l'outil de recherche majeur pour divers domaines d'expertise dans le secteur des médias communautaires européenne en tant que moteur de recherche et élaboré une liste détaillée et un outil d'information sera mis en œuvre dans la carte de membre. Si vous souhaitez figurer sur la carte entrer en contact avec nous viacontact@amarceurope.eu ou par l'intermédiaire du registreformulaire d'adhésion.

AMARC Europe, espace membre

En tant que membres enregistrés en Europe vous AMARC pourrez entrer dans le forum membres à échanger avec d'autres membres et d'obtenir l'accès aux ressources de diverses zones intéressantes pour notre secteur. Vous serez également en mesure de communiquer directement avec les autres membres du personnel et l'Europe via votre AMARC et leur profil, mettre à jour vos coordonnées et les détails et partager vos expériences de votre maison de médias avec la famille en Europe AMARC. Nous attendons avec impatience vos contributions et vous aider à démarrer dans la zone membre AMARC en Europe.

En outre, nous sommes au moment la mise en place d'un nuage individuel et commun AMARC Europe pour les ressources pour, de et par le secteur des médias communautaires et un outils de collaboration en ligne par exemple. espaces de travail communs pour les documents et les fichiers. Si vous voulez en apprendre plus sur la zone membre, S'il vous plaît ne pas hésiter à entrer en contact viacontact@amarceurope.eu

Contenu en vedette des membres européens AMARC

Enfin et surtout, nous attendons avec impatience votre contenu pour le nouveau site AMARC Europe et nous espérons que nous serons en mesure de partager vos histoires et expériences du secteur des médias de la Communauté européenne sur la nouvelle plate-forme Europe de l'AMARC. Si, si vous êtes un membre de l'AMARC en Europe nous contacter si vous voulez que vos articles, rapports de projet, galeries d'images, podcasts ou des programmes pour figurer sur notre site et nos autres canaux de communication.

Le Grassroot projet Radio pilote des solutions pour les plateformes d'information communautaire et le pluralisme des médias, travail pour réduire les obstacles à la création et à soutenir une station de radio communautaire, créer des réseaux régionaux et à l'échelle européenne des stations qui peuvent mutualiser les ressources au niveau communautaire, co-innover dans les services multimédias collaboratifs et accroître l'impact de ces stations grâce à une combinaison de technologies numériques et non numériques existantes. Avec des partenaires en Irlande, Roumanie et Portugal (Madère), nous expérimentons de nouvelles technologies basées sur une forte interaction entre la téléphonie mobile, radio traditionnelle et Texte pour parler (TTS) les technologies, à travers le RootIo plate-forme.

Bienvenue sur Grassroots Radio, un projet financé par l’Europe visant à piloter des solutions pour l’innovation participative dans le…

publié par Grassroots Radio suisJeudi, 13. Septembre 2018

Après la première année du projet, Nous sommes actuellement radiodiffusion aux îles Bere (Irlande). À Madère, l'équipe de Grassroots Radio a fait beaucoup de activités à Curral das Freiras, une paroisse civile d'environ 2000 habitants dans le centre de Madère et l'emplacement de l'une de nos stations de radio de base. Le résultat le plus important à ce jour, est le processus d'autorisation en Roumanie, grâce à nos partenaires (Activewatch et Medialert), atteint pour obtenir un clicence radio ommunauté pour la première fois dans le pays. Deux stations de radio seront lancées prochainement dans le delta du Danube, Radio Civic Vervor de Jos (Dolj) et Radio Civic Sfântu Gheorghe (Tulcea).

Dans ce cadre, nous avons récemment participé à l'atelier de haut niveau sur les politiques La voie à suivre pour l'innovation sociale numérique: Comment l'UE peut-elle soutenir la technologie en tant que force d'autonomisation et d'impact social?, qui a eu lieu à Bruxelles en avril 26, 2019. L'atelier était organisé par la fondation mondiale de l'innovation dans ce, dans le cadre de l'innovation sociale numérique (DSI4EU) projet. L'atelier a exploré comment les institutions européennes peuvent soutenir l'innovation sociale numérique (DSI) et créer un avenir où la technologie permet aux citoyens de relever nos plus grands défis sociaux et environnementaux.

Plus de nouvelles

AMARC Europe a invité Damian Loreti (Conseil AMARC International) de réfléchir sur le presse de l'UNESCO Liberté journée sujet: «Médias pour la démocratie: Journalisme et élections en période de désinformation »

Dans 2016 le dictionnaire Oxford a choisi le terme “post-vérité” comme le mot de l'année, dans un contexte où la circulation incessante de l'information médiatisée par les réseaux sociaux nous place aujourd'hui devant la nécessité de discerner entre l'actualité exacte , inexacte, vrai ou faux (fausses nouvelles).

Dans de nombreux cas, nous parlons d'informations spécialement développées (ou contenu) visant des profils d'utilisateurs soigneusement élaborés, basé sur l'utilisation non consensuelle des données personnelles (intérêts, copains, des horaires, consommation culturelle, etc.). Ce sont des formes de communication assistées par des filtres basés sur des algorithmes ou une intelligence artificielle qui traitent d'énormes volumes de données et peuvent auto-perfectionner leurs performances (apprentissage automatique), initialement pour faire connaître les produits. Plateformes numériques, initialement ignorant la relation information / opinion / divertissement, ont commencé à s'inquiéter et ont mis en place des mesures pour atténuer ce qu'ils considéreront comme une manipulation. Pour cela, ils ont décidé de faire appel dans certains cas à des tiers de vérification. Bien que ce ne soit pas le motif central de cette collaboration, il faudrait aussi méditer sur qui vérifie les vérificateurs car les plaintes de ceux contractés par ces entreprises sont déjà publiques en raison de pressions de nature différente.

Damian Loreti a obtenu un doctorat en sciences de l'information de l'Univ. Complutense de Madrid et est avocat et conférencier spécialisé dans la liberté de l'information au Département de la communication de l'Université de Buenos Aires.

L'incidence de fausses nouvelles ou pas entièrement vraies, c'est supposé, avait affecté le résultat des processus politiques cardinaux pour la réalité mondiale comme l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, le référendum pour le départ de la Grande-Bretagne de l'Union européenne (Brexi) ou le plébiscite de l'accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC et l'élection présidentielle au Brésil. Cependant, tout n'est pas pareil.

Quand on parle de post-vérité, selon Oxford, on se réfère à “circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d'influence sur la formation de l'opinion publique que les appels à l'émotion et la croyance personnelle”. C'est, le renforcement d'une certaine perspective idéologique à travers des éléments émotionnels ou plutôt une sorte de “à chacun ce que chacun veut entendre”. Dans certains cas, avec des inexactitudes, crédibilité, exagérations ou, dans d'autres cas, avec des sophismes lisses et simples. Ce serait, en quelque sorte, la non-relation entre une proposition présentée comme légitime et les faits auxquels elle se réfère.

D'autre part, les fausses nouvelles apparaissent comme des nouvelles, histoires, images ou tout type de contenu falsifié avec une certaine intentionnalité. Cela signifie mettre en circulation avec un objectif délibéré de plaidoyer dans la sphère publique. Ce n'est pas entièrement nouveau. Dans 1898, Le magnat de la presse américaine William Randolph Hearst a envoyé le dessinateur Frederic Remington, qui a télégraphié son patron de La Havane en disant: “Rien de spécial. Tout est calme. Il n'y aura pas de guerre. Je voudrais y retourner”. La réponse stricte de Hearst a été: “Fournir des dessins, Je fournirai la guerre”. La mise en circulation subséquente d'images et d'informations cherchant à agir sur les sentiments a poussé la guerre. Trente ans plus tard, d'une manière similaire, mais avec des objectifs de divertissement innocents, Orson Welles a organisé une autre guerre. À travers les antennes du Columbia Broadcasting System, une invasion extraterrestre fictive a été diffusée en “La guerre des mondes” mais raconté avec les outils de construction de la vraisemblance informative du moment, ce qui a motivé d'énormes signes de panique dans les rues de New York.

La discussion autour de la véracité des informations, la manipulation de données et d'informations et la prolifération de rumeurs dans le but d'influencer la formation de l'opinion publique, renverser les résultats des élections ou générer des changements dans les marchés remonte, Comme nous l'avons dit, bien au-delà de l'émergence des réseaux sociaux.

Plutôt, il se présente comme un défi inhérent à la formation de la sphère publique et au rôle des médias dans la construction des stéréotypes, idées consensuelles et stigmatisation autour de la dissidence dans les démocraties contemporaines.

Ce contexte pose de nouveaux défis aux médias communautaires. Surtout dans les pays qui sont devenus réfractaires à la participation en tant qu'âme de la démocratie, à «la mémoire, les politiques de vérité et justice liées aux violations des droits de l'homme ou même aux événements des guerres qui ont eu lieu. Mais les défis à relever ne sont pas plus graves que de lutter pour la consolidation du secteur dans les temps (passé et présent) de persécutions et de dictatures et d'autocraties.

La proximité avec nos publics nous met dans un endroit. La proximité de notre public nous place dans un lieu privilégié pour être ceux qui – comme toujours – doivent contribuer au droit à la communication et, par dessus tout, avoir des informations précises. Ce concept, qui a suscité de grands débats sur ses implications et ses conséquences, n'est pas un concept purement juridique qui a été débattu.

Les radios communautaires n'ont pas besoin de lois ou de règlements, et moins nous n'avons pas besoin des ministères de la vérité pour vérifier à quel point nous sommes véridiques et précis. Quand nous sommes persécutés, la raison n'est pas de dire des mensonges. La raison en est notre recherche constante et obstinée de la vérité. Vérité attachée aux valeurs des peuples, droits de l'homme, démocratie et justice sociale.

Le nouveau contexte nous oblige à être plus imaginatifs en termes d'alliances et d'incorporation de technologies. Ne pas changer les principes. La création de réseaux communautaires confrontés aux monopoles des infrastructures est un exemple parmi.

Notre raison d'être – nous avons dit dans le “14 Des principes” – est de promouvoir le développement social, droits de l'homme, diversité culturelle et linguistique et pluralité d'informations et d'opinions, valeurs démocratiques et satisfaction de la communication sociale et de la coexistence pacifique. comment garantir l'accès et la participation à toutes les courses, ethnies, les genres, orientations sexuelles et religieuses.

Les expériences enseignent que les propriétaires des plates-formes n'y croient généralement pas et qu'ils censurent également. Mais les censures tombent sur les plus vulnérables. C'est pourquoi il est temps de ratifier nos croyances et nos principes. Par tous les moyens.


Dans le cadre du projet de l'UE «« Renforcer la société civile grâce aux médias », dans lequel AMARC Europe est partenaire avec Community Media Network (Jordanie), Media Solutions communautaire (Royaume-Uni) et Sisterhood is Global Institute (SIGI), le Secrétaire Général de l'AMARC, Francesco Diasio, a participé à la conférence «Renforcer la société civile en Jordanie grâce aux médias communautaires», tenue à Amman le 18e et 19e de février, sous le patronage du ministre d'État ou des Affaires des médias.

Plus de 150 des participants de tous les gouvernorats jordaniens, Palestine, Yémen, Le Royaume-Uni et la Belgique ont assisté à cet événement. La conférence, visant à étudier les relations entre la société civile et les médias communautaires, écouté des représentants du gouvernement, militants de la société civile, praticiens des médias communautaires et experts internationaux connaissant les lois sur les médias et les meilleures pratiques concernant les relations entre la société civile et les médias communautaires.

https://ar.ammannet.net/news/306733

Les participants à la conférence ont salué le rôle du ministre jordanien des Affaires des médias et du directeur général de la Commission des médias et les ont invités à travailler en étroite collaboration avec la société civile et les militants des médias communautaires pour formuler une nouvelle stratégie médiatique jordanienne qui tienne compte de ce qui est nécessaire pour que ils peuvent mieux servir leurs communautés. Plusieurs priorités ont été mises en évidence dans le communiqué de presse final, et entre autres le « nécessité de combler le fossé entre les médias de la société civile et la communauté au moyen de la législation sur les médias appropriés qui reconnaît l'importance des médias communautaires et crée un environnement propice qui peut se développer et de maintenir un milieu professionnel qui sert le public tout en même temps faire face aux défis de la révolution du savoir, de concert avec les normes internationales."

INTELLIGENT (Méthodologies et ressources spécifiques pour les formateurs radio) s'adresse aux formateurs radio dans les médias communautaires et propose des exercices et des méthodes de formation sélectionnés et valables, même à des groupes cibles spécifiques, pour créer des formations radio. Il s'agissait de produire un outil de formation qui prévaudrait dans le temps, et pas de disparition à la fin du projet. INTELLIGENT on-line tool brings together the training experience of community radios but also adapted activities to be used with people with learning difficulties, vision impaired, and migrant women.

INTELLIGENT Trainers will focus on dissemination and also improvement of existing resources, and more importantly, to make it a reference for trainers in community radio in Europe.

INTELLIGENT Trainers aims to create a syllabus for train the trainers course about using the online ressource of SMART and get to know the ideas behind; to create assessment methodologies for the learning outcome of the train the trainer course. En outre, the European organizations AMARC Europe and CMFE will discuss and weight the implementation of a certified or recommended SMART Train the Trainer.

Partners in the project are: Radio Corax (Ger), Près de Coop média (Irl), Radio civile (Hu), COMMETTRE (OU), Syndiquer le contenu (F/Basque), AMARC Europe (États-Unis), CMFE (États-Unis) et son école falaise Radio + (CH).

The project started in October 2018 and will end in September 2020. It is funded by the ERASMUS+Strategic Partnerships for adult education of the European Commission.